image

23 ANS APRÈS L’APPEL AU CHANGEMENT DE MOUSTAPHA NIASSE

image

Le 16 juin 1999, Moustapha Niasse lançait un appel pour « le changement » et « une autre manière de gouverner » le Sénégal. Près d’un quart de siècle après, son appel reste toujours d’actualité. Et il est d’autant plus pertinent que les 23 ans de cette décision qui a fait basculer l’histoire politique du Sénégal coïncide avec le départ à la retraite du secrétaire général de l’Afp. Témoignages d’étudiant, de cadre progressiste sur ce faiseur de roi- en 2000 et 2012- qui ne deviendra pas roi. Bés bi et Emedia.sn font le rappel du 16 juin et son parrain.

Aziz Ndiaye étudiant à l’époque : « Niasse avait lancé l’appel du 16 juin depuis Durban »

Aziz Ndiaye est un professeur d’Histoire et de Géographie au Cem de Cambérène. Il fait partie des premiers jeunes qui ont répondu à Moustapha Niasse, lors de son fameux « Appel du 16 juin ». Nous sommes en 1999. Quand l’ancien baron du régime socialiste venait de rompre les amarres avec ses camarades socialistes et décidait de faire cavalier seul, cet étudiant à l’Université Cheikh Anta Anta Diop de Dakar à l’époque, n’avait pas hésité. « La cause progressiste avait suscité un vent d’espoir », a-t-il reconnu. Cette décision de l’actuel président de l’Assemblée allait chambouler le landerneau politique sénégalais. Son nouveau parti, l’Alliance des forces de progrès (Afp), fut un artisan majeur de la première alternance intervenue au Sénégal, en 2000.

« Nous avons été appâtés, séduits, par cet appel de notre Secrétaire général, le président Moustapha Niasse. Je me rappelle très bien. Il avait lancé cet appel depuis Durban, en Afrique du Sud. À l’époque, en tant que jeunes, nous n’avions pas hésité, pour la bonne et simple raison que nous avons connu l’homme, après l’avoir longtemps suivi, lorsqu’il était dans le Parti socialiste. On avait l’habitude de voir que Moustapha Niasse, en tant que ministre, ne percevait pas son salaire. Il le redistribuait aux étudiants et au Daara de Koki », narre, passionnément, Aziz Ndiaye.

Bouna Mohamed Seck : « L’appel n’avait épargné aucun secteur »

Cet appel du 16 juin, l’actuel directeur de Cabinet du président de l’Assemblée nationale s’en souvient également. Fidèle compagnon de Moustapha Niasse, Pr Bouna Mouhamed Seck donne les raisons qui ont justifié cet appel. « Le Sénégal faisait face à des élans d’hostilités et tout le pays se posait des questions. Le monde rural, la culture, bref, tous les secteurs faisaient appel à une analyse profonde. Donc, l’appel du 16 juin a diagnostiqué tous ces maux, parlant du Sénégal comme un grand malade. Il avait invité les Sénégalais à une autre forme de gouvernance. L’appel n’avait épargné aucun secteur. Il y avait un ras-le-bol généralisé que le président Niasse avait porté », se rappelle-t-il.

Babacar FALL

16 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article