239 cas d’hémophilie identifiés au Sénégal – Le plaidoyer des malades

news-details
SANTÉ

Il y a 239 personnes atteintes d’hémophilie au Sénégal, selon les estimations du Dr Saliou Ndiaye du Centre national de transfusion sanguine (CNTS). Toutefois, il soutient que le nombre de cas dépasse probablement les chiffres officiels. Dr Ndiaye s’exprimait lors de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre l’hémophilie, au conseil départemental de Thiès, ce mercredi, 17 avril.

« Si je prends l’exemple du Sénégal, sur les 1500 cas attendus, il n’y a que 239 patients qui sont identifiés. Il y a encore des patients qui soit décèdent parce qu’ils ont des formes sévères avant même qu’on ne les diagnostique, soit ils ont des formes mineures. »

Il poursuit : « Dans les études que nous avons menées auparavant, on avait estimé que chaque année, il y avait à peu près 2 à 3%. Les cas les plus fréquents concernaient des circoncisions. Sur le plan de la prise en charge, il y a eu des progrès importants. Il faut, d’abord, reconnaître que le Sénégal a une place de leader dans les soins. »

Actuellement, souligne-t-il, « le centre de référence de Dakar est, avec celui de Johannesburg, l’un des deux (2) seuls centres de formation en Afrique, qui sont reconnus. Dans le cadre que nous avons avec la fédération mondiale, nous recevons régulièrement une quantité suffisante de médicaments. Au début, on traitait surtout les patients quand ils saignaient. Depuis maintenant une année, les patients qui ne saignent pas reçoivent régulièrement des injections. »
Toutefois, la prise en charge des malades ne devrait pas être difficile compte tenu du nombre identifié, plaide le président de l’association sénégalaise des personnes atteintes d’hémophilie, Abdoulaye LO. Qui soutient que la maladie « est coûteuse. »

L’hémophilie est un trouble qui se caractérise par une anomalie du processus de coagulation du sang.

Vous pouvez réagir à cet article