28 PERSONNALITÉS SIGNENT UNE LETTRE OUVERTE POUR METTRE FIN AUX PRÉJUGÉS SUR GUÉDIAWAYE

news-details
CONTRIBUTION

28 personnalités, autorités et responsables de Guédiawaye, de tous horizons, ont co-signé une lettre ouverte, ce dimanche, 24 novembre, pour dénoncer les préjugés et amalgames sur les habitants de la ville. Dernier scandale en date qui ternit l’image de la ville : l’inculpation du député Bougazelli pour trafic de faux billets et corruption. Par cette missive, ces personnalités veulent montrer une autre facette de la ville, assimilée depuis quelques temps à un repaire de hors la loi. En intégralité, la lettre, dont emedia.sn, a reçu copie.

Pour la fin des préjugés et des amalgames contre Guédiawaye et ses habitants

Depuis plusieurs jours, la ville de Guédiawaye et ses habitants sont associés à tort à des scandales au gré de l’actualité. Le dernier en date est le trafic présumé de faux billets de banque auquel serait mêlé Seydina Fall alias Bougazelli.

Nous habitant(es) et ressortissant(es) de Guédiawaye, dénonçons avec la dernière énergie ces amalgames et ces préjugés qui associent notre ville à un repaire de hors-la-loi.

Habitant(es) et ressortissant(es) de Guédiawaye, nous ne sommes pas des censeurs de la liberté de parole ; nous n’épiloguons pas sur l’utilisation de la satire encore moins de l’ironie ; nous ne sommes pas non plus une armée engagée contre le premier degré. Le sens de la répartie, bien sénégalais, ne fait pas exception chez nous.

Mais, nous jugeons que ces amalgames ternissent l’image de notre ville et de ses habitant(es) et ressortissant(es) qui méritent une meilleure considération.

Guédiawaye, c’est surtout un lycée d’excellence qui a formé tant de femmes et d’hommes au service de notre pays ; c’est là où les jeunes trainent en bandes pour tromper l’ennui faute de structures de loisir adéquates ; c’est là où il y a du chômage certes, mais nous avons l’intelligence du quotidien et de la débrouille ; le taux de criminalité y est conforme aux standards nationaux (30%).

A ceux qui nous lancent des anathèmes sous forme d’amalgames, nous n’avons ni le même dictionnaire, ni le même vocabulaire. Il y a une différence entre l’ironie, le premier degré et l’avanie des préjugés stériles.

LES SIGNATAIRES

CISSÉ Mouhamadou Lamine Bara Cissé « Barési », président de Alliance Jëf Jël

DACOSTA Brice, Ingénieur

DIENG Moustapha, Avocat

DIAW Abdou, Économiste & expert en PPP, Directeur général de IP3-Conseil

DIOME Mamadou Ndiaye, Contrôleur des impôts et des domaines, Président de l’ASC hamo 457/akd

DIOP Abdoulaye, Directeur programme et développement

DIOP Cheikh Mouhamed, Ecrivain et essayiste

DIOP Mor, Ingénieur en Management de Projets, Leader Syndical

DIOP Moussa, Journaliste

DIOUF Ibrahima, Économiste et statisticien

FOFANA Mamadou, Journaliste

GUEYE El hadji Abou, Entrepreneur et Fondateur de Banlieue Up

KANE Massamba, Patron de presse

KONATÉ Tahir, 1er Adjoint à la Mairie de Wakhinane Nimzatt

LÔ Ndèye Khady, Journaliste

MANGARA Yoro, Journaliste

MBAYE Mandaw, Proviseur du Lycée Seydina Limamou Laye

MAR Omar, Directeur des Services de l’Ingenierie de l’Agence de l’Informatique de l’Etat (ADIE).

MBODJ Pape Fine, Enseignant et Président de la zone 1 Guédiawaye

MENDY Charles, Sénateur et Directeur et propriétaire du Groupe scolaire Ballolé à Wakhinane Guediawaye

MENDY Pape Michel, Enseignant et membre de la société civile

NDIAYE Aminata, Chef du Bureau Éducation à la Ville de Guédiawaye, Conseillère municipale à la Commune de Wakhinane Nimzatt

NDIAYE Babacar, Ingénieur

NDIAYE Migui Maram, Journaliste

NDIAYE Souhaibou, Dentiste

NDOYE Aminata, Conseillère municipale

SADIO Adama, Docteur en Sciences Politiques

SYLL Moustapha, Médecin

Vous pouvez réagir à cet article