35% DES EXONÉRATIONS FISCALES DÉTOURNÉES, MOINS DE 500 MILLE PERSONNES QUI PAIENT L’IMPÔT

news-details
RENTREE FISCALE DE LA DIGD

Le programme "Yaatal, (élargir)" de la Direction générale des Impôts et Domaines (DGID) est lancé ce jeudi, 12 mars 2020. La DGID vise à relever les défis de la contribution citoyenne pour bien maîtriser les besoins de financement des projets de politiques publiques et faire gagner au Sénégal un point de taux de pression fiscale par an, avec une cible de 20% à l’horizon 2023.

Mais, en marge de cette cérémonie de rentrée fiscale, le ministre des Finances et du Budget a reconnu que le détournement d’objectifs est un des maux qui gangrènent la mission. En effet, selon Abdoulaye Daouda Diallo, 35% des exonérations fiscales ont été détournées. Ce chiffre, brandi par le ministre qui procédait au lancement du programme "Yaatal" de la DGID, serait tiré du résultat d’une enquête de l’Inspection générale des Finances (IGF).

Ces détournements d’objectifs ont poussés le ministre à bloquer ces titres. Il répondait ainsi à une interpellation du président du Cnp (Conseil national du patronat), Baïdy Agne. Abdoulaye Daouda Diallo d’inviter « toutes les parties à un meilleur civisme fiscal ». Selon lui, ses services sont en train de repenser une nouvelle forme d’exonération pour éviter ces impairs. « Évidemment, je ne peux pas continuer à bloquer indéfiniment ces titres d’exonérations », a-t-il signalé. Entre autres solutions préconisées par le ministre, il y a « l’élargissement de la suspension de la Tva et des autres impôts ».

À son tour, le Directeur général des Impôts et Domaines, Samba Niasse, a également fait une révélation chiffrée dans sa communication devant les ministres en charge des Finances (A.D. Diallo) et celui en charge de l’Economie (Amadou Hott) : sur une population active de 6 millions d’individus, seules 500 mille personnes paient leurs impôts. Ce qui constitue, naturellement, une perte énorme estimé au moins à 200 milliards F CFA par an.

Avec ce programme Yaatal, la DGID vise une planification opérationnelle pour recentrer tout le dispositif fiscal sur le citoyen, en tant qu’acteur principal qui contribue et qui est destinataire, in fine, de la collecte des impôts.

Vous pouvez réagir à cet article