3E MANDAT, PROPOS DE DOUMBOUROU : LES VÉRITÉS DE ALIOUNE NDOYE

news-details
JURY DU DIMANCHE

Invité du jury du dimanche, le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime et par ailleurs membre du bureau politique du parti socialiste a refusé de donner la position de leur parti sur la question du troisième mandat. Malgré l’insistance du journaliste, il a campé sur sa position. « Je reste un militant discipliné. J’ai adhéré librement à une organisation qui a ses règles. Ce parti n’a jamais discuté de cette question au moment où je vous parle donc je ne peux pas, à mon niveau de responsabilité, évoquer une question comme ça en parlant de mon parti », a fait savoir le maire de Dakar-Plateau. Qui rappelle qu’on est en 2020 et on veut investir toute notre Energie dans ce pays au troisième mandat alors que nous sommes confrontés à des défis majeurs. « Il y a des choses qui sont devant nous que nous devons traiter. Qui me connait sait que quand je suis dans une instance, je suis la discipline de cette instance. Si je ne la partage pas, je quitte l’instance. Ce n’est pas la priorité du Sénégal », dit-il. Par rapport aux élections locales, il dit avoir déjà fait deux mandats et, si ses administrés lui font confiance, il sera candidat à un troisième mandat.


DOUMBOUROU DOIT PRÉSENTER DES EXCUSES

L’actualité oblige, le ministre a été interpellé sur les propos d’Aliou Sow, accusé de faire l’apologie de la violence en parlant de coupe-coupes qu’il faudrait sortir quand ce débat sur le troisième mandat sera posé. Alioune Ndoye a, sans détour, fustiger de tels propos non sans rappeler que le Sénégal est un et indivisible. « Au Sénégal, nous ne pouvons pas naïvement engranger ce qui a détruit des pays africains. Il y a des discours qu’il faut tuer dans l’œuf », pense-t-il. A son avis, le parlementaire doit faire amende honorable et présenter ses excuses au peuple sénégalais parce que sa sortie n’est pas défendable. En outre, Alioune Ndoye pense que l’Assemblée nationale n’a pas le droit de se taire dans cette affaire. Elle devrait, à en croire le ministre, réagir.

S’agissant du Port de Ndayane, le ministre confirme qu’il sera construit. Pourtant, l’association pour la protection et la défense de la sauvegarde écologique a déposé une plainte contre le directeur du port de Dakar, le directeur des impôts et domaines, DP World pour s’opposer à ce projet. D’ailleurs, le procès est prévu le 22 octobre prochain après l’audience du 8 octobre au tribunal de Mbour. Mais, pour le ministre, le port de Ndayane est censé être un port qui demain va nous permettre de recevoir de gros navires. « Il fera de nous un hub. Ce port sera réalisé. Le port de Ndayane est un projet important pour le Gouvernement qui se fait sur des surfaces dans un domaine portuaire appartenant à l’Etat. C’est un port qui va faire vivre toute cette zone du point de vue économique. L’Etat ne fera rien contre ses citoyens mais c’est un projet important et nous y travaillons durement pour le réaliser », dit-il.

Alioune Ndoye a, par ailleurs, dressé un bilan positif de la mairie de Dakar-Plateau qu’il dirige depuis 2009. A l’époque, soutient-il, la mairie avait un budget de 1 milliard 100 millions mais, se réjouit-il, en 2020, elle a un budget de près de 12 milliards de francs CFA. La commune, poursuit-il, avait, en 2009, 5 millions de trésorerie et 477 millions de dette. « La commune que j’ai aujourd’hui est à plus de 12 milliards 600 millions de trésorerie », s’enorgueillit-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article