3E VAGUE EN AFRIQUE : LA MENACE DU SCÉNARIO INDIEN

news-details
COVID-19

Une catastrophe ! D’après les statistiques fournies par le Centre d’études stratégiques de l’Afrique, le nombre de cas de Covid-19 a triplé et plus de 30 000 décès ont été enregistrés, en Afrique, depuis l’émergence en Ouganda, fin avril dernier, du variant Delta. Ce pays a connu depuis lors un changement dans le pourcentage de décès de plus de 4 000%.

Le variant Delta amorce une 3e vague

26 pays africains ont vu le nombre de cas confirmés de COVID bondir d’environ 50 % ou plus en juin comparé à mai. 17 de ces 26 pays ont des cas confirmés du variant Delta, le moteur de la vague mortelle de Covid-19 en Inde.

Le variant Delta, aujourd’hui confirmé dans 22 pays africains dont le Sénégal, se répand 225 % plus vite que le virus initial.

5 600 personnes sont décédées de la COVID en Afrique pendant la première semaine de juillet. Cela représente une augmentation de 43 % par rapport à la semaine précédente. Les taux sont en réalité vraisemblablement beaucoup plus élevés puisque que, dans nombre des pays affectés, les taux de positivité sont proches ou supérieurs à 15 %.

Le Sénégal, avec l’amorce de la 3e vague, depuis mai dernier, a connu un changement de plus de 13%.

La menace du scénario indien

Le taux de prévalence quotidien de cas de COVID en Afrique a triplé en un mois, passant de 0,9 pour 100 000 personnes à 2,8. Cela ressemble au mois précédent la vague mortelle en Inde. En effet, entre le 18 février et le 18 mars, le nombre de cas pour 100 000 personnes y est passé de 0,9 à 2,3. Au cours du mois suivant, il a atteint un premier pic de 13,5 puis un autre de 30 un mois plus tard.

L’Inde et l’Afrique ont une population totale similaire (1,36 et 1, 37 milliards chacune). Au début de la vague poussée par le variant Delta en Inde, le pays avait officiellement décompté 160 000 décès dus à la COVID-19. Sur les mois qui ont suivi, l’Inde a décompté 240 000 décès supplémentaires. Jusqu’à présent, l’Afrique a enregistré 150 000 décès dus à la COVID. Si le variant Delta continue de se répandre, un scénario catastrophique est possible, au cours duquel le continent subirait des centaines de milliers de décès.

Le taux de létalité de la COVID en Afrique est aujourd’hui de 2,58 % alors que celui de l’Inde est de 1,32 %.

Selon les experts, le nombre de décès dus à la COVID en Inde serait supérieur à un million. Les décès en Afrique seraient de même sous-estimés. En Afrique du Sud, où les nombre de décès a officiellement atteint 63 000 personnes, ce chiffre atteindrait en réalité plus de 170 000.

Plusieurs pays où le variant Delta est présent, y compris l’Afrique du Sud, la Tunisie et la Namibie, ont déjà vu leurs décès par personne atteindre des niveaux plus élevés que ceux atteints en Inde.

Il est préconisé, jusqu’à ce que et après que l’accès au vaccin soit augmenté, la distanciation sociale, le port du masque, éviter les rassemblements de masse et la communication de ces gestes avec ses amis et sa famille comme outils qui permettront d’endiguer l’augmentation des cas.

Par ailleurs, afin d’éviter une catastrophe humanitaire, les acteurs internationaux doivent intensifier leurs efforts pour accroitre l’accès aux vaccins en Afrique. Aujourd’hui, moins de 4 % des africains sont vaccinés, le taux continental le plus bas au monde.

Vous pouvez réagir à cet article