image

« 450 MILLIARDS FCFA PRÉVUS AU TITRE DES SUBVENTIONS », (PM)

image

Un montant de 450 milliards F CFA est prévu au titre des subventions pour l’année 2023 dont 350 milliards pour l’énergie. Une annonce faite par le Premier ministre, Amadou BA, lors de sa Déclaration de politique générale (Dpg), ce lundi 12 décembre, à l’Assemblée nationale.

Il explique : « En tout état de cause, en 2023, les subventions ne dépasseront pas 2,2% du PIB. Parallèlement, des mesures spécifiques sont prévues pour les réduire, notamment dans les domaines de l’électricité et du carburant, afin d’éviter des dérapages susceptibles de porter atteinte aux équilibres budgétaires. Mieux, la distribution des subventions sociales sera davantage ciblée. La différentiation sera opérée entre les bénéficiaires, de sorte à fournir plus d’aide à ceux qui en ont le plus besoin. »

Réforme de la gouvernance de la Senelec
Avant de préciser que « la résilience des ménages et l’inclusion sociale ont été considérablement raffermies. » Ainsi, « conformément aux indications du président de la République, (Macky Sall), le pouvoir d’achat a été soutenu pour réduire considérablement les inégalités », a-t-il rappelé.

En définitive, en 2022, ces subventions ont couté 717 milliards, soit 4,4% du PIB, a estimé le Pm, ajoutant que « c’est ainsi que le secteur de l’énergie a bénéficié de subventions directes de 300 milliards », qui ont permis de « maîtriser » les prix de l’électricité, du gaz butane et du carburant, particulièrement le gasoil qui constitue le produit pétrolier le plus utilisé par les consommateurs aux revenus les plus modestes.

Par ailleurs, a-t-il dit, la stabilisation des prix des produits de grande consommation des ménages aura coûté un montant global de 157 milliards en 2022. Et, les principaux produits concernés par ce soutien direct aux ménages sont le blé, l’huile, le sucre, le riz et le maïs.

En outre, il a annoncé que la gouvernance de la Senelec sera réformée à travers sa restructuration qui est déjà en cours. Ainsi, seront créées une holding qui sera le concessionnaire vis-à-vis de l’État et ses filiales.
Après « la séparation comptable effective depuis 2019 », il reste à finaliser celle juridique et organisationnelle, au cours du premier trimestre de l’année 2023.

Dié BA

12 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article