À 24H DU MAGAL, TOUBA ENTRE EFFERVESCENCE ET FERVEUR RELIGIEUSE

news-details
Reportage

À 24h de la célébration de la 126e édition du Grand Magal de Touba, la cité de Cheikh Ahmadou Bamba se plonge déjà dans la ferveur de cet évènement religieux. Pèlerins et commerçants ont déjà pris d’assaut la ville de Touba

Les premiers pèlerins sont arrivés à Touba pour les besoins du Grand Magal, édition 2021. Ils plongent déjà la cité religieuse dans la ferveur de cet événement religieux, à 48h de sa célébration. La journée du vendredi semble être le jour privilégié des ‘’talibés’’ qui, pour la plupart, veulent assister à la prière de 14h à la Grande Mosquée qui a fait peau neuve. À l’intérieur du lieu de culte, les membres du Dahira Moukhadima-toul khidma ont pris les devants. Dès les premières de la matinée, la commission d’organisation dudit mouvement s’est mise à la tâche. Ses membres ont balayé, parfumé et installé les bâches à l’intérieur comme au niveau de l’esplanade de la mosquée.


« La sécurité et l’organisation de la mosquée sont nos seules préoccupations », nous renseigne le président de la Commission communication et Vice-président dudit dahira, Matar Kane. Parmi les interdits, a-t-il expliqué, il y a les interviews à l’intérieur de la mosquée. Mais le port du masque, quoique respecté par certains fidèles, n’est pas une exigence. À Touba, Coronavirus ne dicte pas sa loi. Ici, le respect des gestes barrières est relégué au second plan même si une infime minorité essaie de s’y conformer.

À l’extérieur, toutes les allées qui mènent vers la grande mosquée sont occupées par des commerçants dont certains sont sur place depuis plus d’une semaine. Au niveau des gares, les pèlerins ne cessent de débarquer. Taxis, clandos, bus, cars et charrettes continuent de déverser leurs clients à l’intérieur de la ville.

À l’entrée de Touba, jusqu’à la Grande Mosquée, en passant par le marché Okass, le constat reste le même. Touba a changé de visage. Mais les coups de balais que les talibés avaient infligés aux artères de la cité religieuse pour préparer le Magal commencent à laisser la place à l’insalubrité. Ce qui ne facilite pas la tâche aux services de nettoyage qui sont présents un peu partout dans la ville. Seulement, avec le ruissellement des eaux de pluies dans certaines artères, le travail de ces agents de nettoyage n’est pas aisé. S’y ajoute, la forte pluie qui est tombée dans la cité religieuse, dans la nuit du jeudi à vendredi, occasionnant l’apparition d’eaux stagnantes dans certaines artères de la ville.

133 structures sanitaires mobilisées

Dans le domaine de la santé, les autorités n’ont pas lésiné sur les moyens. En plus des 46 structures de santé que compte la ville de Touba, 87 stations mobiles ont été érigées dans la cité religieuse et aux alentours pour les besoins du Magal. Comme l’année dernière, le Grand Magal sera célébré dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Pour parer à toute éventualité, les autorités sanitaires de Touba ont beaucoup misé sur la sensibilisation pour un respect strict de l’hygiène. Auparavant, explique le médecin chef du district de Touba, Ndèye Maguette Diop Ndiaye, des opérations de saupoudrage ont été faites dans les quartiers.

Les services de santé se sont également beaucoup focalisés sur le volet information et communication avec la présence des agents du Service national de l’éducation et de l’information pour la Santé (Sneips) pour parler avec les populations. Cette sensibilisation est renforcée par les spots radios et télévisions. Il y a également le lavage des mains qui est fortement recommandé aux populations et aux pèlerins. « La tendance Covid est baissière. Mais les 3 Cte que compte Touba sont bien équipées. Si jamais il y a une augmentation de cas, nous allons les prendre rapidement en charge. Il faut aussi dire que les laboratoires d’analyses sont bien renforcés », rassure Ndèye Maguette Diop Ndiaye.

Dispositif de sécurité d’envergure

La gendarmerie n’est pas en reste pour la réussite de cet événement. Pas moins de 1000 gendarmes ont été mobilisés. Le travail des hommes en bleu a commencé au niveau des différents axes routiers qui mènent vers Touba. Ils sont ainsi près de 800 hommes dispersés entre les axes Saint-Kébémer, Dakar-Thiès et Kaolack jusqu’à la légion Centre-ouest.

Vous pouvez réagir à cet article