A.B GOUDIABY CANDIDAT AU BAC ET CHEF D’UN RÉSEAU DE PROXÉNÉTISME

news-details
Moeurs

Une affaire de proxénétisme a été jugée, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Au banc des accusés, il y avait l’élève en classe de terminale, A. B. Goudiaby. Ce dernier aidait des filles, via Facebook, à appâter des clients. C’est sur ces entrefaites qu’il s’en est ouvert à la dame N. A. Diop qui, à son tour, l’a mis en rapport avec sa copine A. Diagne. Après avoir eu leur accord, l’élève a donc a donc filé les numéros des deux femmes divorcées au proxénète. Il a publié sur Facebook une annonce accompagnée d’images pornographiques. Cependant, les clients qui composaient le "numéro" de N. A. Diop entendaient au bout du fil la voix de la dame Maguette Seck. Choquée par les propos orduriers de ses interlocuteurs, cette dernière est allée à la police pour porter plainte afin de laver son honneur. Sans perdre de temps, les limiers on ouvert une enquête qui a abouti à l’arrestation de l’élève qui, à son tour, a balancé ses deux comparses.

Placés en garde à vue avant d’être déférés puis placés sous mandat de dépôt, les mis en cause ont reconnu partiellement les faits qui leur sont reprochés. "Je ne connais pas la plaignante. C’était la première fois que je m’adonnais à de telles pratiques. Je suis élève", a dit l’élève en classe de terminale au juge pour tenter de se tirer d’affaire.

Quant à la dame N. A. Diop, elle a reconnu sans ambages qu’elle se prostitue pour subvenir aux besoins de ses trois enfants. "J’ai un carnet sanitaire. Ce sont les policiers qui l’ont confisqué. J’ai payé 10.000 francs à Goudiaby. C’est lui qui a choisi les photos qu’il a publiées", indique-t-elle.

Mère de quatre enfants, A. Diagne, 28 ans, déclare aussi qu’elle s’est inscrite au fichier sanitaire. "J’ai 16 numéros de téléphone. Je me prostitue pour subvenir à mes besoins".

Un mois ferme pour Goudiaby

Invité à faire ses réquisitions dans cette affaire, la représentante du Ministère public a requis un mois d’emprisonnement ferme. Les avocats de la défense ont plaidé la relaxe pour le chef de défaut de carnet sanitaire avant d’indiquer que c’est l’élève qui s’est trompé de numéro. "C’est Goudiaby qui s’est trompé sur le numéro de N. A. Diop. Au lieu de mettre 43, il a mis 34. Il n’avait aucune intention de porter atteinte à l’honneur de la victime", a dit la robe noire.

L’avocat a aussi sollicité une application bienveillante de la loi pour l’infraction de complicité de diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs. Pour l’élève, la défense a plaidé pour une application bienveillante de la loi. En rendant sa décision, le tribunal a déclaré les mis en cause coupables. Le président du tribunal des flagrants délits de Dakar a condamné l’élève au mois ferme. Tandis que les femmes ont pris 15 jours ferme.

Vous pouvez réagir à cet article