image

À LA DÉCOUVERTE DE FORMOSE MENDY, RÉVÉLATION DE LA LIGUE 2 FRANÇAISE

image

Formose Mendy (21 ans) est élu joueur de l’année d’Amiens SC. L’arrière droit U20 du Sénégal a disputé 15 des 19 matchs de son club cette saison et inscrit un but. Arrivée en France en début de saison en provenance de Bruges, le joueur formé à l’Académie Darou Salam s’est fait un nom en ligue 2 française. Dans cette interview exclusive qu’il nous a accordé depuis le nord de la banlieue Parisienne, il affiche ses ambitions pour la seconde partie de saison. Mendy pense à l’équipe nationale du Sénégal mais, il ne se précipite pas.

Vous êtes élu joueur de l’année en club. Un bon cadeau de fin d’année n’est-ce pas ?

C’est une grosse satisfaction pour moi. Je suis fier de ce que j’ai pu accomplir avec le soutien de mes coéquipiers. Le début de saison n’a pas été facile pour moi. Ce n’était pas le cas également pour mon club. On a connu des moments compliqués mais ensemble, on s’est battu pour sortir de la zone rouge. Personnellement, je vais mettre les bouchées doubles pour ne pas décevoir dans la seconde partie de saison. Mes passages à Porto (U19) et le Club Bruges n’ont pas été du tout une réussite pour moi. Je devais donc grandir, beaucoup travailler pour être à ce niveau.

Qu’est-ce que cette distinction pourrait vous apporter, pour la suite de la saison ?

Une grosse motivation. Ce n’était pas évident vu la situation dans laquelle mon club était en début de saison. Je n’imaginais même pas des statistiques individuelles. Ce qui comptait pour moi et pour le collectif c’était sortir de la zone rouge. On est sur une bonne lancée et nous allons nous donner à fond pour sortir de cette spirale négative. C’est un engagement personnel et collectif. Je tiens beaucoup a ca et je vais travailler pour qu’on y arrive.

A votre arrivée en Picardie, vous étiez un grand inconnu. Vous n’avez pas tardé à convaincre et devenir le chouchou des supporters. Vous devez être fier de ce vous avez réussi ?

Mon arrivée à Amiens coïncide avec le changement d’un nouvel entraîneur pour l’équipe (Philippe Hinschberger). On ne me connaissait pas du tout là-bas, sinon les responsables qui m’ont supervisé. Je devais m’imposer pour me faire une place dans le groupe et dans le cœur des supporters. Je suis fier de moi. Je dois ça à mes coéquipiers, parce qu’il s’agit d’un travail d’équipe et à mon coach qui a cru en mes qualités. Maintenant, je n’ai plus le droit de décevoir. Je dois être constant dans les bonnes performances pour aider l’équipe. En 2022, ce sera l’année de la confirmation pour moi. Je montrerai ce dont je suis capable. Ceci n’est que la bande annonce de ce qui va se passer en 2022.

Le Sénégal va disputer la coupe d’Afrique des nations, dans la peau d’un favori encore. Voyez-vous Cissé et son groupe remporter cette édition ?

Qu’on le veuille ou non, le Sénégal est l’une des équipes favorites de la CAN. On doit assumer ce statut, tout en respectant nos adversaires. On a un bon groupe et un bon entraîneur. Ils veulent gagner ce trophée pour eux et pour le Sénégal. J’appelle donc le peuple sénégalais a l’union des prières pour qu’au soir du 06 février, le Sénégal remporte son premier sacre continental. Que tout le monde s’y mette. Sélectionné ou pas, on doit d’abord penser pour le collectif, pour la nation qui nous a tout donné. Tout le monde ne peut pas être à la CAN. A chacun son tour chez le coiffeur. Ce dont l’équipe a besoin c’est le soutien de tous. Je serai derrière l’équipe comme un bon sénégalais.

Vous vous êtes révélé chez les U20. Aliou Cissé vous a invité en novembre dernier chez les A. Croyez-vous que le moment est venu, pour vous, d’être appelé en équipe nationale ?

Si le moment était venu, je serais là. Je suis sénégalais. Si aujourd’hui on me connait et reconnait mon talent c’est grâce à mon pays qu’est le Sénégal. Donc, je me donnerai à fond pour porter les couleurs du Sénégal, avec l’équipe A. J’ai fait les U20. En novembre 2020 (pour la préparation de la rencontre contre la Guinée Bissau, éliminatoire de la CAN 2021 ndlr) et j’ai beaucoup appris durant ce regroupement. C’était une motivation supplémentaire pour moi. C’est à moi de travailler pour mériter la confiance du sélectionneur national. Ce n’est pas, pour moi, le moment de trop penser à l’équipe A. Je dois travailler davantage pour, une fois appelé en sélection, ne décevoir personne. Actuellement je pense à deux choses : voir le Sénégal soulever le trophée continental au soir du 06 février et faire une meilleure seconde partie de saison avec mon club.

Votre belle première partie de saison attire quelques clubs. Serez-vous intéressé par un départ dès cette année ?

Je suis sous contrat avec Amiens jusqu’en juin 2025. Mon devoir c’est de me concentrer sur mon club, l’aider à atteindre ses objectifs. Mes compétences se limitent au terrain. J’ai un agent et un encadrement qui sont chargés des autres aspects de ma carrière. Je ne pense pas à un départ actuellement. Je pense plus au travail que je dois faire sur moi et pour le club. Je suis jeune et j’ai tout un avenir devant moi. Je vais prendre les choses, les unes après les autres, sans pour autant brûler les étapes. Je fais donc focus sur Amiens.

Entretien réalisé par Saikou SEYDI

3 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article