ABDOU MBOW À L’OPPOSITION : « L’ELECTION SE TIENDRA A DATE ECHUE »

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

Abdou Mbow, le porte-parole adjoint de l’Alliance pour la République (APR, parti présidentiel), dénigre l’opposition. Le troisième vice-président de l’Assemblée nationale monte au créneau après la lettre du Front démocratique et social de Résistance nationale (FRN) adressée au Président du Conseil Constitutionnel. Et, dans laquelle quatorze (14) leaders de l’opposition (Ousmane SONKO, Cheikh Hadjibou SOUMARE, Malick GAKOU, Boubacar CAMARA, El Hadj Issa SALL, Mamadou Lamine DIALLO, Aissatou MBODJ, Papa DIOP, Khalifa Ababacar SALL, Karim Meissa WADE, Moustapha Guirassy, Abdoul MBAYE, Thierno Alassane SALL et Bougane GUEYE Dany » affichent leurs inquiétudes, entre autres, par rapport à l’Instruction des dossiers de parrainage des candidats à la candidature à l’élection présidentielle de février 2019. Et, notamment « sur (leur) méconnaissance de la procédure de vérification retenue (alors) qu’aucun des candidats de l’opposition ne dispose du fichier électoral devant servir de base à ladite vérification. »

Joint par iRadio, Abdou Mbow minimise : « Leurs propos dénotent qu’eux-mêmes ils ne sont pas dans le sérieux parce que quand ils parlent de candidats sérieux, je ne comprends même pas ce que cela veut dire. Cela montre qu’au niveau de l’opposition, ils ne se prennent même pas au sérieux. »
« La deuxième chose, enchaine-t-il, est qu’il faudrait que les gens comprennent que l’affaire du Conseil constitutionnel, c’est l’affaire du Conseil constitutionnel. Nous sommes au niveau du régime en train de travailler pour que notre candidat puisse être réélu dès le premier tour. Maintenant, le Sénégal est une grande démocratie. Personne ne peut empêcher la tenue d’élection à date échue. Donc, je pense quand même qu’ils doivent revoir leur copie et arrêter leur menace parce que force restera à la loi. Ça, il faut qu’ils le comprennent ».

Vous pouvez réagir à cet article