ABDOUL MBAYE ET CIE CHARGENT LE GOUVERNEMENT

news-details
INONDATIONS

La Conférence des leaders du Congrès de la Renaissance Démocratique (CRD), regroupant plusieurs membres de l’opposition comme Thierno Alassane Sall, Abdoul Mbaye, ou encore Mamadou Lamine Diallo, et de Jotna, dirigée par Bruno d’Erneville, chargent le gouvernement. Les opposants, évoquant les inondations qui frappent plusieurs localités du pays, dénoncent "une gouvernance populiste d’incompétence et de médiocrité", dans leur communiqué reçu à emedia.

Par ailleurs, tout en exprimant leur "solidarité" à toutes les victimes, Abdoul Mbaye et Cie exigent du gouvernement "une prompte intervention pour les sortir des eaux et de rendre compte d’une part de l’arrêt de recherche de solutions structurelles aux problèmes d’inondations récurrentes par l’abandon du plan décennal de lutte contre les inondations, et d’autre part de l’inefficacité des milliards qui auraient pu être dépensés à ce titre".

La Conférence des leaders des deux organisations s’est réunie par visioconférence hier vendredi, 20 août.

Sur instruction du chef de l’État, Macky Sall, le Plan national d’organisations des secours (ORSEC) a été finalement déclenché, annonce un communiqué du ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome.

D’ailleurs, abordant le suivi du processus électoral, "la Conférence des Leaders (des deux organisations) a rappelé l’importance qu’il faut accorder au déroulement des opérations électorales, en particulier l’inscription des primo-votants sur les listes électorales et la fixation de la caution." Sur cette question, ses membres ont exhorté le successeur d’Aly Ngouille Ndiaye, "à éviter d’imposer à la classe politique une caution censitaire qui ne permettrait qu’aux seuls riches de participer aux élections en y excluant les autres qui pourraient pourtant proposer de meilleurs projets et offres politiques ou citoyennes pour les populations."

Pour le moment, la coalition présidentielle table sur quarante millions, à raison de vingt millions pour les élections municipales et vingt autres pour les élections départementales. Tandis que l’opposition campe sur sa position portant sur dix millions, à raison de cinq millions pour chaque type d’élection.

Le dernier mot appartient au chef de l’État, Macky Sall.

Vous pouvez réagir à cet article