ABDOUL MBAYE VS AMINATA DIACK : LA COUR D’APPEL PROLONGE LE SUSPENSE

news-details
PROCÈS EN APPEL

Le président de la cour d’appel de Dakar n’a pas donné son verdict dans l’affaire opposant l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye à son ex épouse, Aminata Diack. Le juge, qui devait donner sa sentence, ce mercredi 23 juillet 2019, l’a prorogée jusqu’au 6 août prochain 2019.

Dans cette affaire, le leader de l’Alliance et la Citoyenneté (ACT) a été attrait devant le prétoire par son épouse qui l’accuse de faux et usage de faux dans un document administratif. En clair, elle accuse Abdoul Mbaye d’avoir falsifié, à son insu, leur acte de mariage. En première instance, l’ancien Premier ministre avait gagné le procès et a été relaxé purement et simplement. Sa femme a interjeté appel pour contester cette décision.

Devant la barre de la juridiction d’appel, Abdoul Mbaye déclarait : « Cela fait trois ans qu’on me poursuit pour complicité de faux et on ne m’a jamais présenté de documents attestant que j’aurais commis un tel faux. Je les ai réclamés, mais on ne me les a jamais produits. Je n’ai pas encore entre les mains le document allégué de faux que j’aurais commis. Nul ne peut produire un écrit par lequel j’aurais essayé de soustraire à la dame Aminata Diack des biens, que ce soit des biens immobiliers ou des avoirs. Jamais je n’ai cherché à obtenir un franc de Madame Aminata Diack. Dans les liens du mariage, je ne lui ai jamais demandé de contribuer le moindre franc aux dépenses quotidiennes ». Ainsi, Abdoul Mbaye voit derrière ce procès la main de l’Etat qui, pense-t-il, s’acharne sur lui. Son ex épouse, en passant par son avocat, a réclamé le montant d’un milliard de francs CFA pour toute cause et préjudice confondus. Là où l’avocat général avait requis la peine de 1 an ferme contre le chef de file de l’ACT. Les avocats de ce dernier ont plaidé la relaxe pure et simple.

Vous pouvez réagir à cet article