image

ABDOULAYE BIBI BALDÉ TENTE DE DÉSAMORCER LA CRISE

image

Le malaise est profond au niveau de la Poste. Et face aux nombreuses difficultés de trésorerie et autres accusations des syndicalistes qui le mêle à l’agression de leur secrétaire général, au sortir d’une réunion du Conseil D’administration, le directeur général Abdoulaye Bibi Baldé est sorti de sa torpeur hier. Face à la presse, il s’est lavé à grande eau, non sans réitérer, sa volonté de travailler dans un cadre apaisé. Reconnaissant d’emblée la situation de « marasme économique » que vit actuellement la Poste, Abdoulaye Bibi Baldé a tout de suite tenu à préciser que les problèmes de trésorerie sont antérieurs à sa prise de fonction, en avril 2019. Selon lui, ce qui plombe la Poste, c’est la masse salariale annuelle qui tourne autour de 18 milliards et qui est de très loin supérieure à la production annuelle de 8 milliards. « C’est l’Etat qui vient souvent à notre secours », a reconnu le Dg de la Poste, qui avoue également qu’il y’a beaucoup de frustrations dans la boite. « Je comprends la frustration des Postiers devant un marché impitoyable qui nous fait perdre de plus en plus de marché dont la dernière en date est la fin de collaboration avec l’Ipress », a-t-il indiqué. Mais ce qu’il déplore, « c’est cette injustice qui sévit tranquillement chez certains, qui sont conscients de tout ce qui se passe, mais cherchent par tous les moyens la déstabilisation du groupe ».

« On va vers une restructuration du personnel »

Sur les problèmes de liquidité et les ventes en chutes, il a expliqué qu’il y’a une rupture récurrente de liquidités dans les bureaux de poste. Il a à ce propos reconnu que les produits de la Poste comme les ventes sont en baisse depuis plusieurs années. Selon lui, « en cette période de crise, la logique voudrait qu’on redouble d’efforts afin qu’on produise des résultats pour gagner la confiance de nos clients et partenaires. » Sur la pression des syndicalistes, il s’est insurgé contre l’attitude de certains. « Ils nous dévient de nos objectifs par des séries de manifestations qui ne peuvent que desservir La Poste. Ces sorties médiatiques que nous observons ces derniers temps ne portent pas vraiment atteinte à ma personne, mais entachent sérieusement la crédibilité de l’entreprise », a déploré le Dg. Et par rapport à la récente accusation du secrétaire général des syndicalistes qui a été agressé au sortir d’une réunion du Conseil d’Administration, il a indiqué qu’il n’est de prêt ou de loin mêlé à cette affaire.

« Je ne suis ni de près ni de loin mêlé à cette agression »

Selon lui, le syndicaliste connait très bien l’auteur de son agression. « Je suis un chantre de la paix, un non violent. Et je n’ai pas besoin de bras armés », a rassuré le Dg Abdoulaye Bibi Baldé. Il a par ailleurs évoqué la question du directeur qui a été relevé de ses fonctions, après l’éclatement de l’affaire du trou d’un milliard et demi. Selon lui, contrairement à ce qui se dit, il ne s’agit pas d’un déficit, mais de détournements. Il a ainsi clarifié que cette somme est un cumul de plusieurs années. Selon lui ce n’est pas le directeur relevé de ces fonctions qui a découvert ce gap, mais bien les services de contrôle. « Les problèmes de trésorerie constatés sont très antérieurs à ma prise de fonction. Et je ne vois pas comment j’aurais pu y prendre part », a-t-il conclu.

Ndèye Annna NDIAYE

17 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article