ABDOULAYE DIOUF SARR : « LES FAITS ONT ÉTÉ DÉNATURÉS »

news-details
COMITÉ DES DROITS DE L’HOMME DES NATIONS UNIES

Les constations du Comité des droits humains des Nations Unies sur la décision que la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) a infligée à Karim Wade continuent de susciter des vagues de réaction de part et d’autres. Les protagonistes de cette affaire interprètent différemment cet avis.

Alors que les avocats de Karim Wade crient victoire, les cadres républicains ont fait une conférence de presse ce jeudi pour partager leur avis sur ces constations. Leur nouveau coordonnateur, Abdoulaye Diouf Sarr, estime que le Comité des droits de l’homme des Nations Unies « a donné des recommandations ». Lesquelles n’ont de valeurs ni contraignantes ni obligatoires car n’étant pas une décision juridique. « C’est une erreur de dire que le Sénégal a été condamné par ce comité. Le Comité de droit de l’homme des Nations Unies est un organe de surveillance. Me Amadou fait dire au texte ce qu’il n’a pas dit. C’est une dénaturation et cela relève de la malhonnêteté intellectuelle », a-t-il dénoncé.

Selon Abdoulaye Diouf Sarr, « la stratégie de l’opposition tendant à manipuler l’opinion ne saurait produire les résultats escomptés ». Le ministre de la santé a ainsi haussé le ton : « Nous sommes déterminés à faire face à toutes ces tentatives de désinformation pour que la lumière soit maintenue dans cette affaire ».

Vous pouvez réagir à cet article