image

ABDOULAYE GALLO DIAO DU PS MET MACKY SALL DEVANT SES RESPONSABILITÉS

image

Après les déclarations de candidature de Ousmane Sonko, de Khalifa Sall et Malick Gakou, pour l’élection de 2024, tous les regards sont maintenant tournés vers celui de la mouvance présidentielle. Abdoulaye Gallo Diao rappelle alors à Macky Sall son « obligation de se prononcer » et d’abandonner sa position de « ni oui ni non ». Dans un communiqué, ce membre du Parti socialiste (Ps) estime que « la seule question à laquelle toute la mouvance présidentielle doit pouvoir apporter une réponse rapide et appropriée dans le contexte politique actuel, c’est celle qui concerne la continuité de l’exercice du pouvoir après 2024 ». Selon lui, « tous les observateurs politiques avertis, nationaux comme internationaux, s’accordent sur une chose, c’est-à- dire qu’après l’installation de la nouvelle législature et la formation d’un nouveau gouvernement, le Président Macky Sall serait sans nul doute dans l’obligation trancher sur la question de sa candidature à moins de 18 mois de l’élection présidentielle ».

M. Diao pense que « l’urgence dans ce cas précis est que si le Président Macky Sall s’engage à briguer un troisième mandat, c’est le moment opportun pour une déclaration officielle ». Il explique : « Au-delà d’une décision du Conseil constitutionnel favorable à sa candidature, il serait nécessaire pour ses partisans de convaincre l’opinion publique nationale et internationale sur le bien- fondé d’une telle décision. » Ce, après quoi, il faudrait, selon lui, « canaliser l’opposition en vue de la mettre hors d’état de nuire en évitant toutes sortes de dérapages susceptibles de menacer l’ordre public, la stabilité politique et la paix sociale ». Un moyen pour « éviter de revivre le syndrome du Président Wade en 2012 avec son lot de martyrs et sa défaite au scrutin du second tour ». Pour Abdoulaye Gallo Diao, « si le Président Macky Sall décide de se retirer au profit d’une autre candidature de la mouvance présidentielle, l’urgence serait de l’annoncer officiellement pour permettre à sa grande coalition de trouver un profil expérimenté... et en faire le candidat unique de la mouvance présidentielle ». À défaut de cette procédure, prévient-il, « l’option d’une pluralité de candidatures au sein de la grande coalition présidentielle serait inévitable en 2024 ».

Ndèye Anna NDIAYE

23 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article