ABDOULAYE WADE, AU TERME DE SA PARADE : « LES AUTRES CANDIDATS SE FATIGUENT POUR RIEN »

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

Dopé par la foule venue l’accueillir, Me Wade a réaffirmé sa volonté de ne pas laisser les élections se tenir. A la permanence Oumar Lamine Badji, sise sur la VDN où il a terminé sa parade, le "Pape du Sopi" a encore attaqué Macky Sall. Qu’il accuse d’avoir « déjà fomenté son coup. » Pour Wade, pas de doute. « Il (Macky Sall) va frauder. Il a deux fichiers. Les autres candidats se fatiguent pour rien », jure-t-il, avant d’accuser son successeur de s’être enrichi illicitement.

Auparavant, le Secrétaire général du PDS s’est offert une grande parade dans les artères de Dakar et sa banlieue. Bain de foule sur bain de foule. Telle est l’ambiance qui a rythmé le retour de Wade, ancien Président de la République (de 2000 à 2012) du Sénégal, ce jeudi 7 janvier à Dakar. Les Sénégalais avaient la nostalgie du Pape du Sopi et, ils le lui ont montré, en lui réservant un accueil royal, de l’AIBD à la Permanence du Parti démocratique Sénégalais (PDS), située sur la Voie de dégagement nord (VDN). Hommes, femmes, jeunes et vieux sont sortis en masse pour communier avec leur ’’Gorgui’’.

Dès sa descente de l’avion à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD), à 16h45, Wade, à la tête d’un impressionnant convoi, a observé une première escale à Sébikhotane où l’accueil est timide. Car il n’y avait pas grand monde. A l’applaudimètre, Diamniadio l’emporte largement car Wade y a droit à un véritable bain de foule. Le premier le long du trajet parcouru par le prédécesseur de Macky Sall. Perchés du haut du balcon de leur domicile, alignés devant chez eux ou amassés le long de la route, les Rufisquois n’ont pas été en reste.

Dans le cortège de son mentor, le maire libéral de la localité, Daouda Niang, était tout fier. Les scènes de liesse se sont enchaînées à Keur Mbaye Fall, au Rond-point de Mbao, à Diamagueune, Tivaouane-Diacksao, au Poste de Thiaroye, SIPS, Bountou Pikine, Patte d’Oie, Grand-Yoff, Liberté 6, Sacré Cœur jusqu’à l’arrivée au point de chute. Une groupe de jeunes filles aperçues à Grand-Yoff ont accompagné Wade jusqu’à Sacré Cœur.

’’Gorgui mo bari doolé’’, scandaient certains, dans la foule. ’’Gorgui rek’’, criaient d’autres, égratignant au passage l’actuel président de la République, Macky Sall. Bras en l’air, tous lui ont souhaité la bienvenue. Leur téléphone en main, presque tous ont voulu immortalisé le moment. « C’est l’homme du peuple. Il n’y a que Wade qui sait faire ça », exulte Oumar Sarr, le secrétaire général national adjoint du PDS.

Une chose est sûre, Wade garde intacte sa côte de popularité. Interrogé à l’étape de Diamniadio, Ibrahima Leye, un homme âgé d’une cinquantaine d’années, ne cache pas son admiration pour l’ancien chef de l’Etat. Visage poussiéreux, il précise que « ce qui lui plait le plus chez lui, c’est son appartenance à la confrérie mouride. » Rencontrée sur les deux voies de Sacré-Cœur, Madame Diallo, chapelet en main, renseigne qu’elle a quitté Liberté 4 pour venir voir ’’Gorgui’’. « Depuis qu’on a commencé à voter, on ne connait que Wade. On le porte dans nos cœurs. Je suis venue avec mon mari rien que pour l’’accueillir (et) lui rendre hommage. J’avais mal aux pieds mais je ne pouvais pas rater cela. »

Le mari en question va plus loin : « C’est une figure emblématique de la politique sénégalaise. C’est un monument. On le respecte et on l’aime bien. Bien qu’il ne fasse plus partie du landerneau politique mais c’est un exemple pour toute l’Afrique et pour tout le monde. »

Wade fera une déclaration à la permanence du PDS Oumar Lamine Badji, point de chute de la marche bleue. Il est annoncé à Touba, demain, vendredi 8 février.

Vous pouvez réagir à cet article