ABDOULAYE WADE : « IL N’EST ACCEPTABLE QUE ALY NGOUILLE PRÉSIDE LE DIALOGUE »

news-details
CONCERTATIONS POLITIQUES

Si les quatre candidats malheureux à l’élection présidentielle du 24 février dernier ont accepté de répondre à Aly Ngouille Ndiaye, tel n’est pas le cas de l’ancien président de la République et par ailleurs secrétaire général du Parti démocratique sénégalais (Pds).

Dans un communiqué qu’il a lui-même signé, Abdoulaye Wade déclare formellement que « le Pds ne participera pas à la « réunion de démarrage des concertations sur les termes de référence du dialogue politique du Chef de l’État », qui démarrera ce jeudi 9 mai sous la présidence du ministre de l’Intérieur Aly Ngouille NDIAYE ». Poursuivant, il rappelle que le Pds a toujours été attaché au dialogue politique entre l’opposition et le pouvoir. Ce principe, indique-t-il, est d’ailleurs inscrit dans son programme fondamental et l’histoire de notre parti le démontre largement. « Si le PDS prend acte de la volonté du Chef de l’État Macky SALL d’engager un dialogue politique, il n’est pas acceptable que cette réunion soit présidée par Aly Ngouille NDIAYE. Aly Ngouille NDIAYE est d’abord disqualifié du fait de son implication dans les scandales économiques et financiers MITTAL et PETROTIM qui ont fait perdre plus de 5.000 milliards de F.CFA au Sénégal et qui auraient certainement pu éviter le chaos économique et social dans lequel le Sénégal va être plongé avec l’augmentation prochaine des prix », lit-on dans le communiqué de presse.

« Aly Ngouille est le maître d’oeuvre de la fraude électorale »

Pour le Pape du Sopi, l’actuel ministre de l’Intérieur est disqualifié à présider cette réunion puisque, accuse-t-il : « il a été le maître d’œuvre de la fraude électorale massive qu’il a annoncée devant la presse et l’opinion en affirmant haut et fort qu’il avait été nommé ministre de l’Intérieur pour faire gagner son patron Macky Sall. » Toutefois, l’ancien chef d’Etat rappelle que son parti n’est pas contre le dialogue politique, mais, précise-t-il « qu’une telle réunion devrait être présidée par une personnalité crédible, neutre, indépendante, consensuelle et respectée ».

De même, il rappelle que la participation du Pds au dialogue politique est conditionnée par la libération immédiate de Khalifa SALL et par la révision du procès de Karim WADE. Ce, en application des décisions de justice internationale condamnant l’État du Sénégal, notamment celle du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies qui prescrit cette révision.

Vous pouvez réagir à cet article