ACCUSÉ DE DÉTOURNEMENT DE 200 MILLIONS, MOUSSA SY "ATTEND L’OFNAC ET LA COUR DES COMPTES"

news-details
PARCELLES ASSAINIES

Le maire des Parcelles assainies brise le silence. Accusé de détournement de deniers publics portant sur 200 millions de francs CFA par quatre conseillers municipaux, Moussa Sy est monté au créneau pour leur répondre afin de rétablir la vérité dans cette affaire et se déclarer blanc comme neige. Estimant que sa gestion de la municipalité ne souffre d’une ambiguïté, le maire des Parcelles a laissé entendre qu’il n’a pas peur d’être soumis à une mission d’audit. « J’attends l’OFNAC, j’attends la Cour des comptes », dit-il.

« Je ne voulais même pas vraiment accorder aucun crédit à ces quatre conseillers. Depuis presque un mois, ils ont annoncé de détournement de deniers publics. Ils ont écrit une lettre adressée au sous-préfet pour dénoncer le détournement d’une dizaine de millions et ensuite revenir pour dire que les preuves ont été détruites. Maintenant, ils parlent de d’enrichissement illicite », a expliqué Moussa Sy ,qui rejette en bloc l’argumentaire selon lequel la mairie des Parcelles assainies offre des bourses à des étudiants.

A l’en croire, depuis qu’il est l’édile de ladite commune, en 2009, il n’a jamais offert de bourses. Ce qu’il en est, renseigne-t-il, « ce sont des lettres d’accréditation d’écoles privées qu’on délivre à des étudiants et depuis 2017 c’est une structure privée qui s’en occupe. Un centime du budget communal n’a pas été dépensé dans ces activités. Donc parler de détournement et d’enrichissement illicite, c’est faire perdre du temps et être ignorant à la limite ».

Moussa Sy indexe ainsi des détracteurs qui auraient des ambitions inavouées et veulent passer par lui pour exister. Ces derniers, pense-t-il, sont des candidats pour les prochaines élections locales et c’est la raison pour laquelle ils s’agitent ainsi. « Je leur demande d’avoir le courage de déclarer leur candidature et d’aller sur le terrain. Tout le reste, pour moi, c’est du charabia », tonne-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article