image

« ADJI SARR VA MIEUX, MAIS… »

image

La réapparition en public de l’accusatrice de l’opposant Ousmane Sonko, la première fois depuis le début de l’affaire les opposant en février 2021, devait être le clou du spectacle du point de presse tenu ce samedi, à la salle Madiba de Fun City, par le Collectif de défense des droits d’Adji Sarr (CODDAS). « Je lui ai parlé juste avant de venir, lui demandant de nous faire la surprise », a confié la présidente du collectif, Hélène Françoise Gaye. Mais, a-t-elle relevé pour le regretter, cela n’a pas pu se faire pour « des raisons de sécurité. »

Sonko et son camp au banc des accusés
Selon elle, la faute en incombe à Ousmane Sonko et ses partisans. Car, a-t-elle ajouté, « Adji Sarr vit quasi recluse, quasi en prison » alors que celui qu’elle accuse de viols répétés et menaces de mort continue de « vaquer à ses occupations. »
Pour le CODDAS, « déterminé à (se) dresser en boucliers autour de Adji Sarr », cette dernière est le « symbole aujourd’hui de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles. » De ce fait, a soutenu sa patronne : « nous avons, en tant que communauté, l’obligation et le devoir de trouver les moyens, d’abord, de défendre les femmes et les jeunes filles, ensuite, de les former, et enfin, les rendre plus fortes, plus autonomes économiquement, plus conscientes de leurs droits, pour se prémunir des prédateurs sexuels quel que soit leur profil…Dans tous les pays du monde, les hommes politiques qui ont violé la loi, fussent-ils Dominique Strauss-Kahn et tant d’autres hommes, ont répondu devant la loi. »

Forts de ce fait, Gaye et Cie ne doutent pas de la tenue du procès Ousmane Sonko / Adji Sarr. Tout en réclamant justice, ils ont interpellé l’État, garant de la sécurité des citoyens, pour que ce procès se déroule dans « la paix. »
A l’occasion, Hélène Françoise Gaye a rassuré sur l’état psychologique de sa protégée, qui a récemment avoué avoir eu des tendances suicidaires.

Die BA

12 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article