image

AFFAIRE ADJI SARR-OUSMANE SONKO : LE SUSPENSE JUSQU’AU BOUT

image

Le dossier Sweet Beauty a enfin bougé en 2022 après une longue léthargie. Adji Sarr et Ousmane Sonko ont été entendus et confrontés. Mais le suspense reste entier. 2023 va trancher. En principe.

L’affaire politico-judiciaire Ousmane Sonko-Adji Sarr qui a éclaté en 2021 a connu plusieurs rebondissements en 2022 avec l’audition des différentes parties. Après plusieurs mois d’accalmie, c’est au mois de novembre que le juge a accéléré la cadence. Le leader du Pastef accusé de viol par Adji Sarr, une ex-employée du salon de massage Sweety Beauté, est convoqué, le 3 novembre, pour être entendu sur le fond pour la première fois dans cette affaire. Le palais de justice de Dakar a été sous haute surveillance et les entrées étaient filtrées. Les blindés de la gendarmerie étaient déployés à Dakar près des lieux stratégiques et notamment aux abords du domicile d’Ousmane Sonko, au quartier Cité Keur Gorgui. C’était l’image du chaud mars 2021.

Mais les forces de défense et de sécurité s’étaient préparées à éviter que le scénario ne se répète. Oscar Sierra, nom de code de la police pour Ousmane Sonko, a donc été entendu par le doyen des juges, Oumar Maham Diallo. Après Adji Sarr et la propriétaire du salon de massage. Près de trois tours d’horloge devant le doyen des juges d’instruction, le leader de Pastef sort de son audition. Mais sans beaucoup de réponses sur les questions qui tournent autour de l’accusation de viol. Il joint au dossier « ses » preuves du complot comme le rapport « secret » qui n’aurait rien à voir avec celui connu de tous de la Section de recherches. « Nous espérons un non-lieu et que cette affaire sera classée sans suite », avait déclaré Me Bamba Cissé. Alors que son client a refusé de se soumettre à un test ADN. Mais il ne s’attendait pas à la confrontation avec son accusatrice.

Face to face
Le 7 décembre 2022, Adji Sarr et Sonko sont convoqués par le juge pour un face-à-face. A sa sortie, l’ex-masseuse a fait montre de sa déception parce que le leader de Pastef a « refusé » de répondre aux questions qui lui sont posées. « Je suis déçue parce que je n’ai jamais vu Ousmane comme ça », a déclaré Adji Sarr. Sonko lui estime avoir répondu au juge mais pas aux avocats de la partie civile. « Ce qu’on a constaté, c’est une partie plaignante qui s’est mue dans une stratégie de silence absolue. Juste pour rappeler que cette posture ne peut pas être la résultante de la posture de l’inculpé. Les deux parties n’ont pas la même attitude. Les accusations ne sont pas les mêmes. Les postures ne sont pas les mêmes. Donc nous prenons l’opinion publique nationale comme internationale à témoin que ces personnes qui s’activaient, qui déclaraient partout que le jour de la confrontation, les preuves allaient fuser, aucune preuve n’a été sortie ».

Procès ou non-lieu ?
2022 est morte. Mais pas cette affaire qui, de jour en jour, révèle d’autres acteurs, d’autres éléments, d’autres auditions. Les deux parties se livrent à une bataille des audios. Après le capitaine Touré, MC Niass qui a été entendu et qui a joint ses conversations avec Adji Sarr au dossiers, Mamour Diallo... sont passés devant le juge. 2023 laissent planer plusieurs interrogations. Qui sera le prochain acteur ? Le Doyen des juges va-t-il renvoyer le dossier devant la Chambre criminelle ou ordonner un non-lieu ? Dans tous les cas ça presse pour l’un ou l’autre camp. Parce que 2023, c’est aussi 2024 !

Cheikh Moussa SARR

31 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article