AFFAIRE DES 94 MILLIARDS : « LA PROCHAINE ÉTAPE SERAIT L’OUVERTURE D’UNE INFORMATION JUDICIAIRE »

news-details
CHEIKH SECK, DÉPUTÉ

La prochaine étape serait peut-être l’ouverture d’une information judiciaire. Telle est la conviction de Cheikh Seck, député BBY et président de la commission d’enquête parlementaire qui a livré vendredi dernier, ses conclusions sur l’affaire des 94 milliards F CFA.

Interrogé par Le Soleil, il indique que les membres de l’entité ont terminé leur mission. « La restitution a été faite. Les députés ont pris connaissance du travail en plénière. Nous laissons le peuple sénégalais apprécier par rapport aux importantes déclarations du président du Pastef, Ousmane Sonko. La deuxième étape serait peut-être de demander à la justice d’ouvrir une information judiciaire ou de lui donner une suite pénale. Nous nous réservons, pour le moment, de le faire dans la mesure ou (Sonko) a dit qu’il a été entendu par le Doyen des juges. Pour le moment, nous gardons le rapport en stand-by. Si la justice nous demande de lui remettre le rapport, on le fera », déclare le responsable socialiste. Qui rappelle qu’après l’audition des différents acteurs (31 personnes), il ressort du rapport qu’aucun détournement n’a été noté. « L’argent dont Sonko parle n’a jamais été décaissé. La Société financière d’intermédiation et de commerce (SOFICO) a le droit de racheter les créances des héritiers. Dans ce dossier, la seule personne qui n’a pas le droit de faire ce qu’elle a dit, c’est Sonko qui a cherché à faire de l’intermédiation alors que la loi le lui interdit. Dans le cas d’une expropriation entre une société privée et des héritiers, l’article 30 de la loi du 2 juillet 1962 interdit tout type d’intermédiation. Il connait bien cette loi et a voulu gagner 12% des montants recouvrés (12 milliards F CFA si 94 milliards F CFA avaient été recouvrés), martèle-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article