LE SAMES DÉCRÈTE UNE GRÈVE GÉNÉRALE DE 48H

news-details
AFFAIRE HÔPITAL MAGUETTE LÔ

Le Syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (SAMES) apporte leur soutien à leurs collègues de l’hôpital Magatte Lô qui sont sous contrôle judiciaire. Pour se faire entendre, ils (les syndicalistes) ont décrété une « grève totale de 48 heures, les 10 et 11 mai 2021 sur l’ensemble du territoire avec respect du service minimum et des urgences ».

En effet, suite, à l’incendie qui a coûté la vie à 4 nouveaux nés, dans cet établissement sanitaire de la ville de Linguère, le Procureur de Louga, qui soupçonne une certaine négligence dans cette affaire, a décidé d’ouvrir une information judiciaire contre le directeur, Abdou Sarr et deux autres agents du service néonatale de l’hôpital.

Les syndicalistes estiment que leurs camarades ne devraient pas être ’’l’agneau du sacrifice’’. Pour eux, c’est le système de santé qui est, d’une manière générale, défaillant. « Les incendies constituent des incidents récurrents de nos structures de santé dont la plupart ont été construites depuis mathusalem sans aucune norme ou dispositif de détection de fumée. Les incendies du bloc de Roy BAUDOUIN, de la buanderie de l’Hôpital général Idrissa POUYE (HOGIP) à côté du service d’hémodialyse, de l’Hôpital de Thiès et récemment de l’hôpital FANN montrent à suffisance les risques que courent tous les agents de santé et la population en travaillant et en fréquentant ces structures. Les agents qui sont des travailleurs dans ces structures ne peuvent en aucune manière être tenus pour responsables de ces incendies d’édifices publics construits et équipés par l’Etat. Ces accidents demandent des mesures urgentes de mise aux normes que les comités de protection civile devraient piloter », déclarent le Sames dans un communiqué reçu à emedia.

Pour le Sames, le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr est en train de faire ’’un acharnement’’ sur leur collègue, Abdou Sarr, qui a rendu sa démission pour ne pas ’’gêner les autorités’’.

Vous pouvez réagir à cet article