AFFAIRE LYCÉE AHOUNE SANÉ : LES ENSEIGNANTS AGITENT UNE PLAINTE

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

Suite et pas fin du scande au lycée Ahoune Sané de Bignona. Evoquant l’affaire dite de la mention « Sonko président » sur les copies de composition des élèves de seconde de cet établissement, les enseignants du Lycée Ahoune Sané de Bignona (Ziguinchor, sud) dénoncent « une violation grave du code de déontologie et des règles d’éthique qui régissent le fonctionnement des établissements scolaires. Réunis au sein d’un collectif, ces enseignants sont montés au créneau ce week-end. Ce, pour exiger la lumière sur ce dossier, renseigne Le Quotidien, dans son édition de ce lundi 4 mars.

Très en colère, ils soupçonnent une main invisible parce qu’accusent-ils : « Il y a une différence entre la copie que détiennent les autorités et celle distribuée aux élèves. » A ce propos, martèle Mamadou Lamine Mané, repris par le journal : « Nous avons décidé de saisir les syndicats en vue d’une plainte pour faux et usage de faux, falsification de preuves et entraves à une enquête en cours. Une manière pour nous de garantir notre entière collaboration pour que la lumière soit faite sur cette affaire. »

Poursuivant, l’enseignant déplore « d’une part, la promptitude dans laquelle les mesures dites conservatoires ont été prises et d’autres part, le caractère disproportionné de la sanction subie par les trois agents. »
Avant la sortie des enseignants, les élèves avaient déjà décrété 48 heures de grève audit Lycée. Où Le proviseur, le censeur et un surveillant du lycée Ahoune Sané de Bignona ont été relevés de leur fonction ce mercredi « à titre conservatoire ». La justice s’est déjà saisie du dossier suite à une plainte de l’Inspection d’académie de Ziguinchor.

Vous pouvez réagir à cet article