AFFAIRE SONKO : RETARD DANS LE DÉMARRAGE DE LA PLÉNIÈRE

news-details
ASSEMBLEE NATIONALE

Annoncée à 11 heures ce vendredi, 26 février, la séance plénière dans le cadre de la levée de l’immunité parlementaire du député et opposant Ousmane Sonko, n’a pas encore démarré, au moment où ces lignes sont écrites, à 11 heures 20 minutes.

Pour rappel, le leader du parti Pastef – Les Patriotes est sous le coup d’une plainte pour viols répétés et menaces de mort.

Face à la presse hier jeudi, le concerné a anticipé, indiquant qu’il n’est pas question pour lui de répondre à une convocation du juge d’instruction, qui aura la latitude de le convoquer une fois que son immunité parlementaire sera levée.

Déjà, l’ex-candidat à la présidentielle du 24 février 2019 ne reconnait pas la commission ad hoc mise en place pour l’examen de la levée de son immunité parlementaire, la jugeant "illégitime". "Quel que soit ce qui se passera demain (ndlr : aujourd’hui vendredi) dans leur machin, mon immunité parlementaire demeure intacte", a-t-il martelé.

Une plénière qui s’annonce houleuse. Deux des membres de la commission ad hoc, représentant l’opposition, Moustapha Guirassy et Cheikh Bamba Dièye, ont claqué la porte. Le camp de Benno, par la voix du premier vice-président de l’Assemblée nationale, Abdou Mbow minimise, indiquant que leur démission n’entraverait en rien la procédure.

Vous pouvez réagir à cet article