AIBD – DES DÉPUTÉS SE PLAIGNENT D’UN AÉROPORT « HYPER TAXÉ »

news-details
ASSEMBLÉE NATIONALE

À l’hémicycle des parlementaires n’ont pas caché leur colère contre la manière dont est gérée l’Aéroport international Blaise Diagne (AiBID).
Ils ont pointé du doigt les nombreuses taxes surtout aux abords de l’infrastructure. Et ont jugé « excessifs », notamment les 3000 francs CFA que Senecartours prélèvent sur les usagers qui stationnent sur le parking au-delà de 5 minutes.

« L’AIBD, un aéroport hyper-taxé, ce n’est pas la réalité », a pourtant martelé le ministre des Transports aériens et du développement des infrastructures aéroportuaires face aux critiques. « Cette somme de 3000 n’est pas une taxe mais plutôt un moyen de dissuader les stationnements préjudiciables à la sécurité et à la sûreté de l’aéroport », explique-t-elle.

Interpellée sur les capacités de l’avion de Air Sénégal S.A. Maimouna Ndoye Seck a rappelé que « l’aéronef A330 NEO, en cours d’acquisition sera configuré avec 39 sièges en Bunisess class, 21 en premium Eco et 237 en classe économique. » Elle ajoute qu’une étude « sur le choix des destinations du deuxième avion est en cours. »

Concernent Air Sénégal S.A, « des études sur cette nouvelle compagnie ont retenu les enseignements du syndrome de l’ex Air Afrique », a assuré le ministre.

Selon Maïmouna Ndoye Seck des dispositions sont prises pour éviter les cas de mauvaise gestion qui ont fait sombrer Air Afrique et Air Sénégal International.

La cherté des billets d’avion a été aussi dénoncée par des intervenants. Mais pour la ministre la réalité est tout autre. « Ce ne sont que des spéculations venant de compagnies étrangères qui défendent leurs intérêts », a déclaré Maimouna Ndoye Seck.

Prenant la parole, le ministre délégué du Budget Birima Mangara annonce que « 17 milliards seront décaissés pour financer la réhabilitation des aéroports régionaux. »

Les députés ont adopté mardi, 4 décembre, le budget du ministère des Transports et du développement des infrastructures aéroportuaires arrêté à 19 milliards 448 millions de francs CFA.

Vous pouvez réagir à cet article