image

AÏCHA NOTRE CHÈRE MÈRE, UNE FEMME AU SAVOIR ENCYCLOPÉDIQUE !

image

De toutes les femmes du Prophète (PSL), il est clair qu’Aïcha était la plus aimée. De temps en temps, un de ses Compagnons lui demandait : « Ô ! Messager d’Allah, (PSL), quelle est la personne que tu aimes le plus » ? Il ne répondait pas toujours la même chose car il ressentait un amour énorme pour ses filles et leurs enfants, pour Abou Bakr, Imam Ali, Zayd et son fils Oussama. Mais de ses femmes, la seule qu’il nomma dans de telles circonstances fut Aïcha. Elle l’aimait également énormément et cherchait souvent à se rassurer du fait qu’il l’aimait.

Son amour pour le Prophète (PSL) était un amour envieux et elle ne supportait pas que le Prophète (PSL) ait des égards vis-à-vis des autres, au-delà de ce qu’elle considérait comme suffisant.

Quelques années plus tard, Aïcha parla de sa jalousie en ces termes : « Je n’étais pas aussi jalouse des femmes du Prophète (PSL) que je l’étais de Khadidja, parce qu’il la mentionnait constamment et parce que Dieu lui avait ordonné de lui annoncer la bonne nouvelle de son rang dans le Paradis. A maintes reprises, je lui ai dit : ‘’On dirait qu’il n’y a jamais eu d’autres femmes sur terre à part Khadidja’’ ».

Malgré cette jalousie qui n’était guère destructive, Aïcha avait l’âme généreuse et patiente. Elle supporta la pauvreté dans le foyer du Prophète (PSL) ainsi que la faim qui durait souvent de longues périodes. Des jours, il arrivait qu’aucun feu ne se soit allumé dans la demeure du Prophète (PSL). On ne cuisinait pas. On ne préparait pain, et ils ne se nourrissaient que de dattes et d’eau.
Elle resta fidèle à son choix, c’est-à-dire soutenir l’islam durant toute la vie du Prophète (PSL), et même après.

Plus tard, lorsque les musulmans eurent accès à de grandes richesses, on lui offrit un don de cent mille dirhams. Elle était en état de jeûne lorsqu’elle reçut cet argent et elle le distribua entièrement aux pauvres et aux nécessiteux alors qu’elle n’avait aucune provision chez elle. Peu de temps après, une servante lui dit : « Peux-tu acheter de la viande pour un dirham afin de rompre ton jeûne » ? « Si je m’en étais souvenue, je l’aurais fait ! », dit-elle.
Aïcha était la plus belle, la plus savante, bref la plus aimée.

Imam Birame POUYE

21 avril 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article