VIDÉO : AÏDA MBODJI DÉJOUE LES PRONOSTICS

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

Elle a gardé le suspense jusqu’au bout en laissant les gens épiloguaient sur le potentiel candidat qu’elle va soutenir à l’élection présidentielle du 24 février 2019, parmi les 5 qui sont en lice. Mais, finalement Aida Mbodji a déjoué tous les pronostics. Elle a opté pour la neutralité. C’est-à-dire elle ne soutient aucun des candidats qui sont en compétition pour le fauteuil présidentiel. Une décision qu’elle a divulguée ce dimanche, premier jour de la campagne électorale, après une concertation avec sa base. La présidente de « And Suxalii Sénégal » a, face à la presse, expliqué la raison de son choix. C’est le processus du système du parrainage qui, selon elle, est non seulement arbitraire, mais également a conduit à l’absence de candidate pour l’élection présidentielle de février 2019. Cette situation, souligne-t-elle, est une marque indéniable du recul démocratique au Sénégal. Car, rappelle-t-elle, depuis 1983 une candidate a toujours été enregistrée lors de l’élection présidentielle. « J’ai été attristée de ce processus en qualité de ministre de la Femme de l’époque », a fait savoir Aida Mbodji non sans indiquer qu’elle ne peut pas aller à contrecourant de ses principes et travestir son engagement pour un meilleur devenir du Sénégal. Ainsi, elle estime que « soutenir un des candidats c’est cautionner une élection dont le processus aura permis et, tristement relégué la femme au rôle de faire-valoir et simple soutien. Il s’y ajoute que reconnaitre un des candidats c’est cautionner le processus lugubre du parrainage ».

« Je n’ai pas l’habitude de retourner ma veste »

Cependant, Aida Mbodji rassure qu’elle reste dans l’opposition avant de souligner qu’elle va lutter pour la restauration de l’état de droit et de la démocratie. « Cette élection présidentielle, que ce soit au premier tour ou au deuxième tour, ne nous concerne pas. Nous avons le courage de nos opinions.
On m’a toujours prêtée le mot galvaudé de la transhumance. Jusqu’à ce matin, je suis sure que certains parmi vous pensez j’allais soutenir le candidat Macky Sall. Mais, ceux qui me prêtent ses intentions ne me connaissent pas. Je n’ai pas l’habitude de retourner ma veste », a-t-elle précisé tout en faisant savoir qu’elle ne doutera point de la légitimité de celui que les sénégalais choisiront souverainement au soir du 24 février prochain. La responsable politique à Bambey a également fait savoir que ce n’est pas la levée de bouclier contre Aissata Tall Sall après son ralliement dans le camp présidentiel qui l’a fait changer d’avis. Avant de déplorer les insultes qui ont été dirigées contre elle sur les réseaux alors qu’elle n’avait même pas encore fait son choix.

Vous pouvez réagir à cet article