image

"ALLER AU-DELÀ DES DÉNONCIATIONS " (ALIOUNE TINE)

image

L’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) a restitué, mercredi, ses rapports 2020 et 2021 sur le respect des dispositions du Code des marchés publics. Sur 7 629 marchés passés par les 117 autorités contractantes auditées : 84 l’ont été par entente directe, dont 2 par offres spontanées négociées.

Saër Niang soutient que pour les performances peu ou pas satisfaisantes, il est constaté des cas de violations graves telles que des commissions de marchés dont la composition n’est pas conforme, la non-inscription de marchés dans le Plan de passation des marchés (Ppm) ou l’Avis général de passation des marchés (Agpm), des offres qui sont signées de façon anonyme sans indication du nom et de la qualité des signataires, l’attribution de marchés à des candidats dont l’objet social est sans lien avec le marché.

« Aller au-delà de la dénonciation »
Alioune Tine, qui réagit, s’interroge sur la suite à donner à ces dossiers. « La grande question des mécanismes de régulation de la gouvernance et de lutte contre la corruption au Sénégal, c’est le fait qu’ils n’aillent pas au-delà de la dénonciation, exactement comme les Ongs. Car en dehors des manchettes de la presse que dalle », a écrit le militant des droits de l’homme sur les réseaux sociaux.
Dans sa publication sur twitter, il n’a pas manqué d’interpeller l’Assemblée nationale, arguant que « le Parlement doit agir ».

Die BA

3 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article