ALY NGOUILLE NDIAYE CHASSE L’OPPOSITION

news-details
EXPERTISE DU FICHIER ELECTORAL

Des membres du Front de résistance nationale (Fnr) étaient, ce jeudi, à la Direction de l’automatisation des fichiers (Daf) pour contrôler « les aberrations » qu’ils disent avoir constaté sur le fichier électoral au lendemain de sa mise en ligne.

Mais, les leaders qui étaient présents sur les lieux en l’occurrence Omar Sarr, Mamadou Diop Decroix, Cheikh Dieng, Professeur Malick Ndiaye sont rentrés bredouilles. Le ministre de l’Intérieur ne les a pas reçus. Ils se sont heurtés au dispositif sécuritaire mis en place pour leur barrer la route. Et sont finalement rentrés comme ils étaient venus.

« Le directeur de la DAF nous a présenté un journal à travers lequel le ministre de l’Intérieur nous informe qu’il est d’accord sur notre démarche mais qu’il ne reconnait pas le Front comme entité juridique et qu’il demande à chaque parti de désigner ses représentants, qu’il mettra à notre disposition une salle pour pouvoir permettre à nos experts de faire ce travail de contrôle que la loi nous donne droit », a déclaré le porte-parole du jour, Cheikh Dieng, responsable national chargé des élections du Parti démocratique sénégalais (Pds). Qui s’indigne : « Le ministre de l’Intérieur n’a pas eu l’élégance de nous répondre à temps. Il faut regretter ce manquement d’élégance républicain du ministre de l’Intérieur. Il faut regretter qu’il ne daigne pas depuis une semaine répondre à ce courrier ».

Pour lui, les motifs avancés par Aly Ngouille Ndiaye pour refuser de les recevoir ne reposent sur aucun fondement. D’autant que, poursuit-il, le Front regroupe des partis politiques légalement constitués qui, dans une démarche unitaire, ont demandé l’application de la loi. « Le front n’a pas de statut juridique mais les partis qui le constituent en ont. C’est du dilatoire de la part du ministre », a indiqué Cheikh Dieng.

A l’en croire, les membres du front ne vont pas perdre espoir. Et vont continuer à se battre pour avoir accès au fichier électoral.
Ainsi, il annonce qu’après le Gamou, les leaders du front vont se réunir pour définir la stratégie à adopter.

Vous pouvez réagir à cet article