ALY NGOUILLE NDIAYE SAISI POUR MENACE DE BLOCAGE DES ACTIVITÉS BANCAIRES

news-details
REPORT DES ÉCHÉANCES DE CRÉDIT

L’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Sénégal (APBEFS) saisit Aly Ngouille Ndiaye, le ministre de l’intérieur, portant à sa connaissance “les menaces publiques, audiovisuelles et écrites portées à l’endroit des banques et de leurs agences sur le territoire national par une personne se disant Président d’une association dénommée ACSIF.”

D’après la lettre des plaignants relative à l’appel à manifestation et incitation au blocage des activités bancaires, parvenue à Emedia.sn, “ces menaces seraient fondées, selon cette personne qui dit clairement s’appeler Monsieur Famara Ibrahima CISSE, par la non-application généralisée de la mesure de report d’échéances de crédits à tous les salariés du pays, du fait de la crise de la pandémie à coronavirus COVID-19.”

Des accusations rejetées par Mamadou Bocar SY, le président de l’APBEFS : “Très clairement, le motif évoqué est faux et pas en conformité avec les mesures préconisées, je dis bien préconisées et non imposées, ni par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), ni par l’Etat du Sénégal.”

Qui s’empresse d’ajouter : “En effet, l’objectif visé par les autorités à travers la mesure des reports d’échéances de crédits est de soutenir autant que possible les salaires impactés par la crise, c’est-à-dire ceux dont les employeurs ne seraient pas parvenus à assurer le correct versement de tout ou partie de leurs salaires.”

SY de poursuivre : “L’ambition cachée par cette personne consiste non pas à défendre l’idée d’une généralisation de la mesure à tous les salariés, idée qu’elle sait infondée, mais de se faire une notoriété en créant des incidents sensationnels pour exposer son image.”

Ainsi, ”redoutant des débordements et des accrochages avec nos agents de sécurité mais également vu la volonté confirmée de faire bloquer les services bancaires et les guichets automatiques de banque en période de fin de mois couplée à une situation de crise”, l’APBEFS alerte le premier flic du pays “des risques encourus et des conséquences pouvant en découler.”

La profession bancaire souhaite une “action anticipative”

En conseil des ministres du 15 avril dernier, le Chef de l’État, Macky Sall avait demandé au ministre des Finances et du Budget, en relation avec celui de l’Économie et de l’Observatoire de la Qualité de services financiers, d’engager, avec les responsables de la BCEAO, des établissements de crédit et des institutions de microfinance, des consultations afin de sécuriser davantage le traitement diligent des opérations financières et de faire bénéficier aux différents agents économiques, d’un report d’échéances de leurs crédits sur une période à convenir.

Vous pouvez réagir à cet article