image

AMADOU BA DÉVOILE LA STRATÉGIE DU GOUVERNEMENT

image

Le Premier ministre, Amadou Ba, le ministre du Commerce, Abdou Karim Fofana, entres autres, ministres étaient ce matin, dans un hôtel de la place, pour le lancement des séries de consultations. Ce, après la réunion présidentielle de lancement des concertations sur la lutte contre la vie chère le 26 septembre dernier au palais.

Venu présider la cérémonie d’ouverture, le Premier ministre, Amadou Ba, a déclaré que l’institution de la date du 15 mars dans le calendrier républicain comme rendez annuel donné aux consommateurs par le chef de l’État confirme la volonté de pérenniser cet esprit de dialogue. Il a rappelé par la même occasion les efforts faits dans l’atténuation des chocs exogènes chiffrés à ce jour à 627 milliards dont 157 de renonciation de recettes.

« Lors de la réunion présidentielle, le chef de l’État a pris 11 mesures d’urgence et 4 mesures conjoncturelles. Concernant les mesures d’urgence, il s’agit pour le gouvernement de prendre les dispositions pour le paiement des compensations financières dues aux meuniers », a dit le Premier ministre. Avant de continuer : « je voudrais vous annoncer que les fonds sont disponibles et les meuniers peuvent rentrer en contact avec les services du trésor pour les modalités pratiques de leur paiement ».

Toutefois, il a rassuré les différents acteurs que conformément aux instructions présidentielles ils assurent de l’effectivité de cette batterie de mesures. « Dès le lendemain de la réunion du lancement des concertations, j’ai instruit l’ensemble des ministres concernés d’intensifier leurs actions dans le sens de l’atteinte de nos objectifs communs. Car, dit-il, si le chef de l’État éclaire le chemin par ses orientations précises, notre rôle est de conduire l’action gouvernementale en droite ligne de la voie qu’il nous a tracé pour obtenir les résultats escomptés », renseigne le Premier ministre.

Lors de cette rencontre, le Premier ministre a annoncé que 18 commissions de travail seront mis en place ce vendredi. Il s’agit, entre autres, des commissions lait, viande, ciment, loyer, poisson, fer à béton, les coûts de passage portuaire, le transport, les services financiers, l’eau et l’électricité, l’huile, les frais scolaires. Selon Amadou Ba, les solutions issues de ces concertations devront entraîner la baisse des prix ou d’avoir une sincérité des prix par rapport à la structure des coûts supportés par les producteurs. « Cela nous permettra aussi de remporter durablement la bataille contre la vie chère et pour le consommer local. Il s’agira en effet de convenir de nouveaux outils de protection de nos entreprises dans le but d’assurer leur compétitivité. Parce que nous devons moins dépendre de l’extérieur. Nous devons inverser la tendance en consommant ce que nous produisons », a-t-il également déclaré.

Cheikh Moussa SARR

30 septembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article