image

AMADOU BA VANTE LES RÉALISATIONS DU PUDC ET DU PUMA

image

Le Premier ministre, Amadou Bâ, a tiré un bilan satisfaisant des réalisations du Plan Sénégal Émergent (PSE). Il fait face actuellement aux députés pour sa Déclaration de politique générale. Selon le chef du gouvernement, les premiers succès du PSE se sont matérialisés par des réalisations tangibles. « Assurément, les infrastructures économiques de notre pays ont été fortement consolidées, grâce à la mise en œuvre des grands projets du chef de l’État Macky Sall, notamment les programmes d’équité territoriale.

Le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC), avec ses 4 volets : allègement des travaux des femmes, hydraulique rurale, pistes rurales et électrification rurale, a été conçu en 2015 en vue d’éradiquer la pauvreté et les inégalités », a-t-il dit. Et d’ajouter : « ses performances en ont fait un modèle dans la sous-région. Il a bénéficié de financements à hauteur de 220 milliards de francs. Le PROMOVILLES, comportant trois volets : voirie urbaine, assainissement et éclairage public a été lancé en 2016, il a eu des résultats satisfaisants en termes de développement des infrastructures, d’aménagement et d’appui aux collectivités territoriales et a bénéficié d’une enveloppe financière globale de 151 milliards de francs ».

Parlant du PUMA (programme d’urgence pour la modernisation des axes et territoires frontaliers) dirigé par Moussa Sow par ailleurs maire de Walaldé, Amadou Ba a rappelé qu’il a été lancé en 2016 sur financement interne de l’État, pour satisfaire les attentes légitimes des populations des zones frontalières. En effet, le PUMA vise l’équité territoriale par la modernisation des axes et territoires frontaliers et l’amélioration des conditions de vie des populations dans ces zones.

Son bilan est satisfaisant, selon lui, avec une mobilisation de ressources internes de 15 milliards dans les volets : santé, hydraulique, éducation, désenclavement, et agriculture. Ces programmes, poursuit-il toujours, ont permis de moderniser et d’étendre les voies de communication.
« Les réseaux routier et autoroutier ont été densifiés. Ainsi, l’autoroute Ila-Touba, les routes du sud, du Dandé Mayo, le pont Nelson Mandela de Foundiougne, celui de Marsassoum et les 18 autoponts de Dakar constituent de véritables leviers économiques pour ces zones à fort potentiel », déclare-t-il. Avant de poursuivre : « par ailleurs, 6673 kilomètres de pistes rurales ont été réalisées pour désenclaver les territoires de l’intérieur. Le Train express régional Dakar-Diamniadio fait le bonheur quotidien des populations de Dakar et de ses environs. La finalisation du dossier de l’autoroute du nord est en cours, en même temps que l’exécution de celle de Mbour-Fatick-Kaolack. Le développement et la restructuration du réseau électrique a permis d’atteindre un taux d’électrification au niveau national de 80% en 2022. Le taux d’électrification rural est passé de 27 à 58% ».

Cheikh Moussa SARR

12 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article