image

AMADOU GALLO FALL TIRE LE BILAN DE LA CONFÉRENCE SAHARA

image

Le président de la Basketball Africa League tire un bilan satisfaisant de la Conférence Sahara, première étape de l’édition 2022 de la BAL, qui vient de s’achever au Dakar Arena de Diamniadio. Pour le Sénégalais Amadou Gallo Fall, les jalons d’une grande réussite sont déjà posés avec un niveau de jeu très convaincant, il ne reste plus qu’à confirmer avec la Conférence Nil qui se tiendra en terre égyptienne, avant la phase finale prévue à Kigali, au Rwanda.

Le bilan de la Conférence Sahara
“Dans l’ensemble, je tire un bilan satisfaisant. On a organisé dans la sécurité, dans le respect des mesures sanitaires, les fans ont apprécié et c’est l’essentiel. En plus, il y a une bonne couverture médiatique de l’évènement. La BAL est suivie partout dans le monde et dans plusieurs langues. Nous sommes très reconnaissants à l’endroit des autorités, surtout le chef de l’État Macky Sall qui est venu assister à la cérémonie d’ouverture. Je tiens aussi à remercier le ministre des Sports Matar Ba, sans oublier la Fédération sénégalaise de basket avec, à sa tête, Me Babacar Ndiaye. La Fédération nous a beaucoup soutenus parce que c’est elle qui maîtrise plus le terrain. En tout cas, je tire mon chapeau à toutes les parties impliquées dans l’organisation de cette étape de Dakar. Le Président Macky Sall mesure l’ampleur de ses évènements sportifs et leur impact dans l’essor du pays. C’est une opportunité pour les jeunes d’avoir des moyens de divertissement sains et positifs. La Basketball Africa League est un outil que nous allons au maximum mettre à profit pour activer d’autres industries qui parlent du divertissement, de la mode, de la culture, des arts, entre autres…”

Le niveau de jeu
“Je me réjouis d’abord de la qualité du produit sur le terrain. Il y a eu des matchs très disputés avec beaucoup d’amélioration par rapport à la première saison. En 2021, nous avions constaté que beaucoup de championnats étaient suspendus vu l’état de la pandémie. Les équipes qualifiées n’avaient pas suffisamment de compétition avant le démarrage du tournoi. Nous avions remarqué que Monastir et Zamalek étaient d’un cran au dessus. Ces deux équipes venaient de finir leur championnat et elles avaient plus de matchs dans les jambes. Cette année, toutes les équipes sont venues avec le même niveau de forme. C’est pourquoi on a des matchs relevés et disputés. Cela se voit sur certains scores et cela fait la beauté du jeu. Les équipes se sont bien préparées et ont aussi recruté. On a fait une campagne digitale et il y a eu beaucoup d’informations par rapport aux recrues potentielles. Cela a permis aux équipes d’avoir une base de données. Il y a des joueurs qui ont changé de clubs et de bons coachs qui ont contribué à la qualité du jeu. Je reçois un feedback positif de la qualité du jeu et c’est encourageant. L’objectif est de développer un bon contenu qui peut attirer tout le monde : jeunes, enfants, adultes.”

La prochaine étape
“La première étape est toujours difficile parce qu’on n’avait pas organisé ailleurs en dehors du Rwanda. Le fait d’avoir une bulle avait beaucoup aidé. Il y avait des restrictions et c’était fermé au public. C’est différent de cette année, on a voulu s’ouvrir. On va tirer les leçons et c’est clair qu’on ira au Caire avec beaucoup de certitudes sur ce que nous allons faire. On connait déjà l’environnement et les infrastructures. En plus, l’Égypte a l’habitude d’accueillir de grands évènements sportifs. Il faut aller dérouler et le programme BAL Elevate sera aussi appliqué dans la « Nile Conference » (La BAL Elevate vise à mettre les joueurs de la NBA Academy à la disposition des clubs participants à la BAL).”

Babacar Ndaw FAYE

17 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article