AMADOU HOTT VANTE LA RÉSILIENCE ÉCONOMIQUE DU SÉNÉGAL FACE À LA PANDÉMIE

news-details
Taux de croissance revu à la hausse

Le Sénégal tend vers un taux de croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) de 5% contrairement au 3,7% initialement annoncé. C’est le ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération qui l’a révélé lors l’Atelier de validation du rapport de synthèse de la politique économique et sociale.

Devant les partenaires économiques et techniques, Amadou Hott a souligné que l’économie sénégalaise, bien que touchée par la pandémie de Covid-19, a été résiliente. Si le Sénégal a pu afficher ce niveau satisfaisant de performance, c’est parce que des secteurs comme l’agriculture ont été dynamiques avec des productions céréalières qui ont connu des augmentations significatives par rapport aux années précédentes. « Je voulais donc rassurer les partenaires ici présents que notre économie augure des perspectives positives, a-t-il observé. En effet, malgré la persistance de la pandémie de covid-19, notre économie a affiché une certaine résilience au premier semestre de l’année 2021, confortant la pertinence des options du PAP2A. Ainsi, le taux de croissance du PIB réel est projeté à 5% à fin décembre 2021, contre une projection initiale de 3,7%, à la faveur des efforts d’exécution des investissements structurants ».

Toutefois, le ministre a reconnu qu’il reste encore des efforts à faire, notamment pour la relance du secteur du tourisme, un maillon essentiel dans le tissu économique, fortement touché par la pandémie.

Concernant le taux de pauvreté, sujet polémique ces derniers jours après la publication d’un rapport de l’Ansd, Amadou Hott persiste et signe. Selon lui, même si le nombre de pauvres a augmenté au Sénégal, il reste constant sur le fait que le taux de pauvreté est bien en recul. D’ailleurs, a-t-il expliqué, c’est ce qui qui explique que « le Sénégal est classé premier dans la zone Uemoa », dans le baromètre des pays où le taux de pauvreté est le plus bas. Si le nombre de pauvres a connu une hausse, plaide-t-il, c’est parce qu’en 7 ans, la population du Sénégal a augmenté d’environ 3 millions d’habitants.

Néanmoins, le ministre a assuré que le Gouvernement est en train de tout mettre en œuvre pour soulager les populations démunies. « Tous les programmes que nous avons dans le Gouvernement, que ça soit dans le domaine de l’agriculture, de l’industrie,...c’est pour que notre économie soit plus compétitive afin de créer plus d’emplois (...). Il faut plus de mobilisations de ressources internes. Il ne suffit pas de se limiter aux ressources des bailleurs », a-t-il martelé.

Vous pouvez réagir à cet article