image

AMADOU YÉRI CAMARA SALUE L’AVÈNEMENT D’UNE FEMME DU SÉRAIL

image

Le Sénégal a une nouvelle ministre de la Santé et de l’Action sociale. Précédemment directrice générale de la Santé publique, Marie Khémesse Ngom Ndiaye remplace Abdoulaye Diouf Sarr, emporté par la tragédie de Tivaouane où onze bébés sont morts calcinés dans un grave incendie.

Sur iRadio, le Secrétaire général du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (SAMES), Amadou Yéri Camara, apprécie la nomination d’une femme du sérail. Formulant ses attentes, il a insisté sur des « mesures pour sortir le système de santé de cette tumulte et redorer son blason ».

Par ailleurs, a-t-il souligné : « je pense qu’il y a une priorité qui est intrinsèque, c’est le repositionnement de la qualité dans le système de santé, qui doit être de mise pour faire de sorte que tous ces accidents soient évités et qu’on aille vers une certification qualité des structures pour accueillir dans la sécurité les patients. Mais en dehors de cela, nous attendons beaucoup de madame le ministre par rapport à la gestion démocratique des ressources humaines. C’est un des points noirs de la gestion du ministre Diouf Sarr. C’est seulement au ministère de la Santé qu’on voit que tout le management est constitué de personnes extérieures au système de santé. Cela a constitué de grands dysfonctionnements. On a vu dans les nominations dans les directions, des personnes étrangères au secteur être nommées. Jusqu’au niveau périphérique, on a vu des nominations inédites, qui ont semé le désarroi dans le secteur. »

Aujourd’hui, l’espoir est-il permis ? « Connaissant son cursus, son parcours, on a beaucoup d’espoir. Elle peut prendre des mesures adaptées et y aller rapidement. Son expertise aussi est attendue. Elle connait l’importance des soins. Il faut les avoir vécu pour connaître l’importance et leur délicatesse. Ce n’est pas mécanique. Vous pouvez avoir tout et ne peut pas avoir de soins de qualité. Cet élément déclencheur, il faut avoir soigné une personne pour avoir cette alchimie », a-t-il répondu d’un ton optimiste.

Toutefois, le syndicaliste n’a pas manqué de rappeler à la nouvelle ministre que son ministère est engagé dans le processus de négociations entre l’État du Sénégal et les travailleurs du secteur, et qu’« il restait des réunions à terminer avec le ministère de la Santé et (celui) de la Justice ».

Dié BA

26 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article