AMATH DANSOKHO, LE SÉNÉGAL PLEURE LA PERTE D’UN HOMME POLITIQUE ACCOMPLI

news-details
NÉCROLOGIE

C’était un homme proche du peuple, un combattant de la démocratie mais surtout un défenseur des droits humains. Amath Dansokho était un homme politique au vrai sens du terme, de ceux qui ont consacré leur vie à la gestion de la cité.

Il n’a jamais quitté le terrain politique même si son état de santé n’était pas satisfaisant. L’homme est né le 13 janvier 1937 à Kédougou, où il a occupé les fonctions de maire. Réputé pour son franc parler, sa droiture, sa science et surtout sa simplicité, la liberté du peuple a toujours été son cheval de bataille dans le combat politique. Dans l’édifice de la démocratie sénégalaise, Dansokho a apporté beaucoup de pierres, on peut même dire que ce maçon infatigable des droits, de la justice mais aussi de la liberté, combattait un idéal très cher aux communistes et qui est inscrit en lettres d’or dans la déclaration universelle des droits de l’homme. C’est à dire que tous les hommes naissent libres et égaux devant la loi. Si le Sénégal est une vitrine démocratique en Afrique, c’est également grâce à des combattants de sa trempe.

L’injustice, Amath Dansokho l’a toujours combattue. Il a participé activement à la première alternance politique du Sénégal en 2000. Il disait ainsi : « Après quarante ans de règne socialiste, il y avait urgence à tourner le dos au clientélisme ». De surcroit, l’homme a aussi mené le combat contre Wade avec l’actuel président de la République, Macky Sall jusqu’à la victoire.

La simplicité et le savoir faisaient une parfaite osmose chez cet homme qui n’a jamais voulu se démarquer du peuple, de ses luttes, de ses aspirations, mais également de son avenir. Son parcours est digne d’un homme d’Etat. Secrétaire général du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT) jusqu’au 23 mai 2010, ancien député maire de Kédougou, leader du cadre permanent de l’opposition sénégalaise, ministre dans le gouvernement de Habib Thiam, sa dernière fonction est celle de ministre d’Etat auprès du président de la République. Ce monument de la politique sénégalaise est monté au ciel un jour saint, à l’âge de 82 ans, en laissant derrière lui une œuvre considérable.
Alors mission accomplie, Amath !

Vous pouvez réagir à cet article