AN 17 DU JOOLA : LES FAMILLES DES VICTIMES RAPPELLENT À L’ETAT SES PROMESSES

news-details
COMMÉMORATION

La Place du Souvenir a été le point de chute des familles des victimes du naufrage du Joola, après les recueillements aux cimetières de Mbao et Saint-Lazare, à Dakar, ce 26 septembre, an 17 de la tragédie maritime.
Après un panel sur le thème : « Orphelins du Joola : Quel avenir ? », la dernière activité de la cérémonie a été le dépôt de gerbes de fleurs en mémoire des 2000 victimes, selon les estimations de leurs familles, de différentes nationalités, belges, bissau-guinéennes, camerounaises, espagnoles, françaises, ghanéennes, hollandaises, libanaises, nigériennes, sénégalaises, et suisses.

Maïmouna Badji, nouveau-né lors du drame, a perdu son père, Souleymane Demba Badji, dans le naufrage. Selon son témoignage, l’accident l’a sevrée, tout juste après son baptême, de l’amour paternel car n’ayant jamais connu ce père.

Après 17 ans dans le comité du mémorial pour le combat contre l’oubli, la représentante des familles de victimes françaises, Nadine Verschatse, appelle les orphelins à prendre la relève. « Aujourd’hui, au nom de l’association française, je voudrais vous dire que nous comptons beaucoup sur le fait de prendre cette relève. Et de vous dire de ne jamais rien lâcher », dira-t-elle.

Poursuivant, elle dénonce « le non-respect » des engagements pris par le gouvernement. « Les autorités sénégalaises n’ont pas respecté leurs devoirs, déplore-t-elle. Parce qu’aujourd’hui, c’est un drame national mais elles n’ont pas respecté non plus les douze nationalités, qui avaient besoin qu’on ne les oublie pas. Je pense qu’à Saint-Lazare, il serait nécessaire de refaire le mémorial, et de reconnaître ce 26 septembre, comme une journée nationale chômée et payée pour qu’on puisse tous ensemble partager les commémorations. Le gouvernement fait des promesses chaque année comme pour le mémorial de Ziguinchor mais il faut arrêter les paroles, il faut des actes. »
S’adressant aux orphelins, elle dit : « Sachez que nous n’apprivoiserons jamais le manque et l’absence mais ils nous donnent cette force pour qu’on puisse continuer et ne jamais les oublier. »
La cérémonie de recueillements s’est terminée par une séance de prières pour les défunts.

Vous pouvez réagir à cet article