ANNULATION DE LA DETTE DES PAYS AFRICAINS : GAKOU DEPRECIE LE MORATOIRE DU G20

news-details
COVID-19

Le moratoire du club de Paris (les pays prêteurs) et du G20, au niveau des créanciers bilatéraux et privés, pour un total de 20 milliards de dollars, irrite Malick Gakou, le patron du Grand parti (opposition sénégalaise). En effet, loin d’exulter, ce dernier exprime sa déception. Ce, dit-il : “après le refus catégorique du G20 d’accepter le principe de l’annulation de la dette des pays africains. Cette posture ahistorique jette un discrédit sur toute perspective de remise en cause des fondamentaux de l’ordre économique mondial déjà établi malgré les conséquences néfastes que la récession post covid-19 engendrera dans les économies fragiles de nos États.”

Selon l’ancien ministre du Commerce, “c’est manifestement clair que les grandes puissances économiques ne souhaitent pas donner une nouvelle chance de nouveau départ pour l’Afrique.”

Fort de ce fait, l’opposant lance que “la nouvelle prise de conscience africaine sur le devenir de notre continent doit faire accélérer le processus de transformation de la place de nos États thuriféraires d’un système mondial en porte-à-faux avec toute perspective de développement. ”Car motive Gakou, dans sa déclaration parvenue à Emedia.sn : “Le moratoire préconisé, même s’il constitue une avancée, ne fera que différer la désagrégation des économies africaines et ne peut être acceptable que s’il contribue à faire amorcer la réflexion sur l’annulation de la dette pour une véritable relance des économies des pays pauvres.”

Le leader politique en appelle ainsi “à la responsabilité des chefs d’États africains de préparer d’ores et déjà un contre plan de sortie de crise à soumettre au G20 pour la défense des intérêts supérieurs de notre continent et des perspectives de son développement dans le contexte trouble de la globalisation en déconstruction.”

“L’Afrique doit se réveiller et une réaction urgente s’impose sous la conduite et l’impulsion du Sénégal”, tranche-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article