APRES L’EBOULEMENT SUR LA CORNICHE, LA DGCH DEMANDE UNE INTERVENTION EN URGENCE

news-details
Rapport de la direction de la construction

Dans son rapport suite à l’éboulement, vendredi dernier, sur la Corniche, au niveau de l’emplacement des maisons surplombant l’hôtel Lagon 2, la Direction générale de la construction et de l’habitat (DGCH) a souligné "la nécessité d’intervenir en urgence pour stabiliser". Ce, après avoir constaté "l’absence de semelles isolées pour les murets (ou toute autre forme d’ancrage)", de la "corrosion des aciers des éléments armés (enrobage certainement pas en cohérence avec la proximité de la mer", de "gravats, roches et particules fines pour mise à nu", et aussi l’absence "de talus des ouvrages de soutènement".

Selon le document parcouru par LeQuotidien, les pluies diluviennes ont entraîné un glissement de terrain.

D’ailleurs, une intervention est prévue par Eiffage, et elle doit être "normalement à la charge du propriétaire". Dans la même veine, il est aussi noté la "nécessité d’anticiper sur pareilles situations avec les maisons mitoyennes. Considérant le risque "élevé", la DGCH ajoute, dans son rapport, qu’il y a "nécessité de sécuriser les jardinières" et de "bien choisir la position et prévenir qu’elles dégringolent".

Lors du glissement de terrain, plusieurs véhicules, stationnés sur la chaussée, ont été endommagés.

Vous pouvez réagir à cet article