ARRÊT DU DRAGAGE DE LA BRÊCHE : LES ASSURANCES DE MANSOUR FAYE

news-details
SAINT-LOUIS

Lancés en novembre 2020, les travaux de dragage et de balisage de la brèche de Saint-Louis (nord), d’un coût de sept (7) milliards FCFA, sont à l’arrêt. Cela fait suite au renoncement de l’entreprise chinoise en charge des travaux.

Le maire de Saint-Louis, Mansour Faye, évoquant "un arrêt momentané", a annoncé la reprise des travaux d’ici mai prochain.

"Le président de la République (Macky Sall) avait pris l’initiative de procéder au dragage et au balisage de cette brèche qui va permettre aux pêcheurs de faire le travail sans difficulté. Le ministère de la Pêche, en charge de la supervision des travaux, avait noué un contrat de prestation avec une entreprise qui, malheureusement, pour des questions techniques, n’est pas parvenue à répondre aux besoins. C’est pourquoi, nous avons procédé à la résiliation du contrat. Et aujourd’hui, des négociations sont encore en cours pour trouver un autre prestataire qui va régler la question du dragage. D’ici quelques semaines, cette entreprise viendra poursuivre le travail. C’est en phase de contractualisation. Le processus est en cours", a déclaré le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, dans un entretien avec Walf Quotidien.

Pour rappel, la brèche a été ouverte en 2003, dans le cadre de la lutte contre les inondations, à Saint-Louis. D’une ouverture de quatre mètres, la largeur est passée à quatre kilomètres de largeur, causant de nombreux accidents avec leur lot de morts, la plupart des pêcheurs.

Le ministère des Pêches et de l’Économie maritime et l’entreprise chinoise Chec avaient paraphé, en septembre dernier, à Diamniadio, le contrat de prestation des travaux. La partie chinoise a finalement plié bagages, estimant l’enveloppe insuffisante.

Vous pouvez réagir à cet article