ATAW DE GUEDIAWAYE EXIGE LA LIBÉRATION "IMMÉDIATE" DES MANIFESTANTS INTERPELLÉS

news-details
Manifestation réprimée

And Taxawou Askanwi (ATAW) de Guédiawaye, initiateur d’une marche pour dénoncer la cherté de la vie, monte au créneau pour exiger la libération "immédiate" des manifestants arrêtés ce dimanche 12 septembre.

"Beaucoup de personnes ont été arrêtés par la police en l’occurrence : Fallou Diagne (du Collectif Noo Lank), Papis Djim (Frapp), Guy Marius Sagna (Frapp), Silvestine Mendy (Mouvement Africa First), Et d’autres personnes non encore identifiées", informe l’organisation dans une note de presse parvenue à la rédaction d’Emedia.sn.

Laquelle dénonce, par ailleurs, "une tentative d’intimidation de la part des autorités étatiques." D’autant plus que martèlent ses membres : "la liberté d’expression, le droit à la manifestation sont des droits fondamentaux garantis par notre Constitution. Nous poursuivons l’affaire de très près et nous nous ne ménagerons aucun effort pour avoir le nombre exact des personnes interpellées par la police ce matin, à Guédiawaye."

Pour finir, ATAW précise "que la manifestation de ce matin n’a pas été organisée par le Collectif Noo Lank" mais ledit collectif "n’était venu que pour apporter son soutien au mouvement organisateur".

La marche n’a pas finalement eu lieu. Les forces de l’ordre avaient quadrillé le terrain aux alentours du Lycée Seydina Limamoulaye de Guédiawaye.

Vous pouvez réagir à cet article