AUDIENCE AU PALAIS : LE PLAIDOYER DE YEN A MARRE

news-details
AND XEEX CORONAVIRUS

Le chef de l’État, Macky Sall, poursuit ses audiences, au palais de la République. Après le patronat, les centrales syndicales puis les communicateurs traditionnels, c’est au tour du mouvement citoyen ’’Y’en a marre". La délégation conduite par Aliou Sané a plaidé pour le secteur informel, et pour que les 69 milliards F CFA décaissés pour l’aide alimentaire arrivent aux ayants-droit.

"Nous lui avons dit tout ce qu’on était en train de faire, et qu’en même temps que la plupart des Sénégalais, l’écrasante majorité des citoyens, nous adhérons à ce qui est en train d’être fait en termes de politiques pour barrer la route au coronavirus. Nous avons discuté de tout cela. Mais aussi ’’Y’en a marre’’ en tant que mouvement social aussi, préoccupé par l’impact que ces mesures. (...) Même dans le monde, l’épidémie a un impact sur le quotidien des travailleurs. Des commerces ont fermé, le secteur informel est touché, et on sait ce que cela génère avec tous ceux qui s’activent comme jeunes dans ce secteur. Ces travailleurs-là qui sont déjà préoccupés par cette maladie, on a exprimé au président de la République le souhait de ces travailleurs d’être rassurés de ce point de vue, à travers un accompagnement de l’État. Nous avons proposé des choses concrètes comme par exemple sur les trois mois qui arrivent que le gouvernement du Sénégal puisse prendre en charge les factures d’eau et d’électricité des Sénégalais pour soulager les familles. Mais aussi, nous avons exhorté le président à faire en sorte que les 69 milliards qui ont été dégagés pour des vivres, puissent arriver aux Sénégalais qui en ont besoin. Nous lui avons dit que c’est ce qui allait cimenter cet élan qu’il y a actuellement."

D’autres points ont été soulevés au cours de l’entretien, a ajouté le ’’y’en a marriste’’, notamment la nécessité de "relever notre plateau médical."

Par ailleurs, Aliou Sané et Cie ont apprécié les directives données par leur hôte pour faciliter le transport public surtout avec l’instauration de l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu de 20 heures à 06 heures du matin.

S’agissant de l’appel du chef de l’État, Sané de signaler qu’ils "n’ont pas attendu" cette invitation pour jouer leur partition.

"Après les premiers cas, le mouvement avait fait un communiqué pour dire que l’heure était grave, et que la situation imposait que tous les citoyens fassent bloc pour renforcer le dispositif que le gouvernement du Sénégal avait mis en place pour combattre l’épidémie. Ce, au regard des ravages que la maladie était en train de faire dans les pays plus développés que le Sénégal, et qui davantage de moyens. Avec les artistes, on a fait des vidéos avec les mesures préventives diffusées par l’autorité sanitaire. Les experts en communication du mouvement ont travaillé avec des supports avec ces mêmes mesures, les déclinant sous forme de petits spots en langues locales pour pouvoir les diffuser. On a commencé à travailler un peu partout, même en dehors de Dakar. Les esprits ’’Y’en a marre’’ sont exhortés à se mettre à la disposition des autorités sanitaires pour faire le travail qu’il fallait en matière de sensibilisation".

Rappeler que les membres du mouvement avaient rencontré dans ce sens le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, pour "la validation des messages".

Vous pouvez réagir à cet article