[AUDIO/VIDEO] - LE PROCUREUR BRANDIT UN AUDIO COMPROMETTANT POUR SORO, MENACÉ DE PRISON À VIE

news-details
CÔTE D’IVOIRE

L’on semble se diriger inéluctablement vers une grande crise en Côte d’Ivoire. 48 heures après l’imbroglio du jet privé de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, suivi de l’accusation de ce dernier contre le président Alassane Dramane Ouattara, qui aurait demandé aux voisins de ne pas accepter son atterrissage, c’est au tour du procureur de la République d’entrer en scène dans une sortie suivie par Emedia.sn.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ex allié devenu opposant irréductible de Ouattara risque l’emprisonnement à vie. La précision est faite par le Procureur Richard Adou, face à la presse, ce jeudi, 26 décembre 2019. Une tribune largement utilisée pour enfoncer l’opposant au régime de Ouattara. Selon le procureur ivoirien, Soro Guillaume avait clairement planifié un attentat. Le procureur de la République, Adou Richard, a brandi, jeudi, face à la presse, les preuves d’enregistrements sonores et photos d’armes de guerre saisies par les enquêteurs pour justifier le mandat d’arrêt international lancé contre l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, accusé de tentative de déstabilisation et de détournement de deniers publics.

« Les services de renseignements avaient été informés que Monsieur Soro Kigbafori Guillaume et certains de ses soutiens projetaient d’attenter à l’autorité et à l’intégrité du territoire national. Ils ont donc entrepris d’accentuer la vigilance vis à vis de M. Soro Guillaume et de ses soutiens. Il a entrepris de tourner dans certains pays d’Europe où il ne se privait pas de jeter l’anathème et le discrédit sur les institutions en place. Il s’agit d’une action concertée dans la mesure où aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’étranger, certaines personnes proches de lui n’hésitaient pas à amplifier le discrédit sur les institutions en place. Ces actes, loin d’être isolés étaient constitutifs d’un complot qui devaient aboutir à une insurrection civile et militaire. Les éléments en possession des services de renseignement, notamment un enregistrement sonore, établissement clairement que le projet devait être mis en oeuvre incessamment... », a détaillé le procureur, dans des accusations à l’encontre de l’ex Premier ministre, brandissant un enregistrement sonore qui serait une conversation téléphonique présumée de Soro Guillaume avec un interlocuteur.

Visé par un mandat d’arrêt international émis par la justice ivoirienne, Guillaume Soro est accusé de tentative d’atteinte à l’autorité de l’État et de détournement de deniers publics. L’ex-allié du président Ouattara a dû reporter son retour en Côte d’Ivoire avant-hier mardi, 24 décembre.

En face, l’ancien Premier ministre, ex-président de l’Assemblée nationale et candidat à la présidentielle de 2020, dénonce la volonté du pouvoir de l’empêcher de se présenter, après son retour avorté la veille et l’arrestation d’une quinzaine de ses soutiens. Parmi les personnes interpellées mardi au siège du parti de Guillaume Soro, figurent 5 députés, un maire et le petit frère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, rapporte Bbc Afrique.

En tournée européenne depuis quelques mois, Guillaume Soro, qui a annoncé sa candidature en Espagne, devait rentrer à Abidjan ce lundi 23 décembre. Le jet privé à bord duquel il a embarqué à Paris devrait initialement l’emmener en Côte d’Ivoire, mais il a été détourné vers le Ghana « pour des raisons de sécurité », a déclaré son conseiller, Alain Lobognon à Reuters.

Vous pouvez réagir à cet article