image

« AVEC 65 MILLIARDS ON POURRA RÉGLER DEFINITIVEMENT LA QUESTION DES INONDATIONS… » (ONAS)

image

Un comité local de développement sur la gestion de l’assainissement de Ouakam a eu lieu, ce mercredi, à Dakar. Prenant part à cette rencontre, le directeur de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), Ababacar Mbaye a indiqué qu’il y’a deux existants au niveau de l’arrondissement des Almadies. Et l’existant, dit-il, c’est à deux niveaux parce qu’au niveau de l’assainissement nous avons deux systèmes. « Il y’a le système de drainage des eaux pluviales avec un canal qui longe tout le long de l’arrondissement et l’exécutoire qui est au niveau de Ngor. Nous avons au niveau de ce système là un système qui est perturbé par non seulement les branchements venant des ménages. Parce que ce sont des eaux usées qui ne devaient pas être drainées au niveau de ce canal. Nous avons aussi des perturbations qui évidemment est le remballé parfois à certains endroits de ce canal », a indiqué le Dg de l’Onas.

Poursuivant, il a soutenu que, qui dit gestion des eaux pluviales va aussi parler de la gestion des eaux usées. Mais, l’Etat a mis en place un système de gestion des eaux usées, même s’il a été mis en place depuis une dizaine d’années qui est sous dimensionné. « L’exutoire est la station de Cambérène voire même au niveau de certaines zones de l’arrondissement. Donc, le réseau est très loin. Suffisant pour dire qu’il y’a une insuffisance de réseaux eaux usées. Pour cela, il y’a une perspective qui est là pour voir à partir du plan directeur d’assainissement au niveau de la zone comment aller dans le sens d’avoir un financement structurant pour prendre en charge les préoccupations en matière d’assainissement au niveau de l’arrondissement », a encore déclaré le directeur général selon qui, cette perspective va jusqu’à 65 milliards.

« Avec cette somme, on pourra définitivement résoudre un peu la gestion des eaux usées et la gestion des eaux pluviales au niveau de cet arrondissement. Au niveau de l’arrondissement des Almadies il faut saluer quand même certaines initiatives venant des populations. Il y’a des associations qui sont organisées pour voir comment accompagner les populations à des réseaux de drainage des eaux usées. Mais malheureusement, l’exécutoire pose problème. C’est pourquoi le plus souvent il oriente ses connexions sur le canal de drainage des eaux pluviales. Et nous allons au cours de nos échanges voir comment corriger cela », a-t-il indiqué.

S’adressant aux promoteurs qui développent des cités, il les invite à avoir des systèmes d’assainissement adéquat. Pour cela, dit-il, les promoteurs doivent se rapprocher des structures techniques comme l’Onas. Sur une question de savoir quelles sont les mesures qui ont été prises pour faire face aux inondations cette année, il a répondu : « on ne peut pas parler de zéro inondation. Même dans les pays développés où il y’a des moyens colossaux vous voyez qu’il y’a des inondations. Ces inondations peuvent surgir s’il y’a des pluies exceptionnelles. Mais, nous allons prendre des dispositions pour amoindrir les inondations. Et je ne peux pas vous assurer zéro inondation ».

Cheikh Moussa SARR
Abdoulaye SYLLA (Photo)

1er juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article