Agression d’une élève de JKF : L’AJAS prend le dossier en main

news-details
JUSTICE

L’Association des jeunes avocats du Sénégal est très remontée contre deux éléments du Groupement mobile d’intervention (Gmi) qui auraient séquestré et agressé l’élève en classe de terminale au lycée John Fitzgerald Kennedy. Président de ladite association, Me Ousmane Thiam, joint au téléphone, prévient qu’ils ne ménageront aucun effort pour que la lumière soit apportée sur cette affaire. « Les parents de la jeune fille m’ont saisi. Ils m’ont expliqué le problème. Ils m’ont indiqué que leur fille était en récréation et était assise sur les bancs du jardin sis à la place de l’Obélisque. L’un des policiers lui a sommé de quitter les lieux. Ce qu’elle a refusé en leur faisant savoir qu’elle était du lycée et qu’elle avait l’habitude de se reposer là-bas aux heures de récréation. C’est sur ces entrefaites que les policiers l’ont malmenée. Ils l’ont blessée au visage, à la tête et aux pieds. Nous avons déposé la plainte et nous suivrons cette affaire jusqu’au bout », a expliqué Me Thiam. Qui pense que les deux mis en cause sont fautifs d’autant que la demoiselle n’a posé aucun acte qui puisse justifier qu’elle soit traitée de la sorte. « Nous allons la défendre gratuitement. C’est un cas qui nous interpelle directement. C’est une violation flagrante des droits de l’homme. Ce dossier sera minutieusement suivi parce qu’on ne veut pas que de tels faits se reproduisent à l’avenir. Même si la jeune fille avait commis un délit, ils n’avaient pas le droit de lever la main sur elle à plus forte raison de la violenter. Ces faits ne resteront pas impunis. C’est dangereux ce qu’ils ont fait », a dénoncé l’avocat.

Vous pouvez réagir à cet article