Ahmed Khalifa Niasse arme Macky : « Il doit porter plainte pour fake news »

news-details
SCANDALE PÉTROLIER

« Le président, (Macky Sall), nous doit de porter plainte pour nous montrer qu’il défend les intérêts du pays comme nous le lui avons demandé, sans faiblesse ». Telle est la réaction d’Ahmed Khalifa Niasse sur le reportage de BBC dit « Le scandale à 10 milliards de dollars », éclaboussant le jeune frère du président de la République, Aliou Sall. Dénonçant une campagne visant à le « déshumaniser », ce dernier a annoncé sa démission par voie épistolaire, hier lundi, 24 juin, de la tête de la Caisse des dépôts et consignations (CDC).

Face à la presse ce mardi, 25 juin, Ahmed Khalifa Niasse, qui évoque un « fake-news », souligne « que ce reportage a été un vrai attrape nigaud. » Parce qu’explique-t-il : « Il prend un fait principal dans le reportage, une manifestation qui se fait contre Aliou Sall. C’est ça qui est au centre de ce panorama. Est-ce que ceci est vrai ? Est-ce que vous autres Sénégalais vous pouvez attester que cette manifestation a eu lieu pour les raisons qu’évoque la dame pigiste occasionnellement à la BBC. Mais, évidemment que non. Il y a une règle de droit qui s’applique aussi à un journaliste, qui dit en français, le mensonge corrompt tout. » Insistant, il demande « aux bonnes volontés, des citoyens et des patriotes de se rassembler pour prendre des avocats volontaires pour porter plainte contre la dame et contre la BBC. D’abord, devant les juridictions sénégalaises parce que, moi, je fais confiance à la justice sénégalaise. La justice sénégalaise n’est pas une petite justice. »

« En réalité, indique-t-il, les premières prospections de pétrole au Sénégal ont commencé dans les années 80. Le gisement se trouvait en Casamance mais sa continuation en Guinée Bissau. Là-bas, les colonels ont voulu être corrompus avant de donner l’autorisation de leurs côtés. » Mais, martèle-t-il : « Les sociétés cotées en bourse n’acceptent pas la corruption. (Elles) des dizaines d’avocats et de juristes qui leur donnent des avis et quand il y a suspicion de corruption, si c’est écrit par un seul des rapporteurs, elles arrêtent la procédure. Une société cotée à New-York ou à Londres, au Cac 40 à Paris ou Nikkei au Japon, c’est corruption zéro parce que dans ces sociétés il y a l’Assemblée des petits actionnaires (composée) de religieux et d’hommes pieux ». Qui refusent d’être associés à « quelque chose provenant » par exemple « de la sueur des enfants » comme « le diamant du sang ou le pétrole de la corruption. »

Vous pouvez réagir à cet article