Augmentation du prix de l’électricité : « La Senelec a un manque à gagner de 70 milliards FCFA »

news-details
SOCIETE

La rumeur sur l’augmentation du prix de l’électricité persiste. Même si ce n’est pas encore officiel, il ne demeure pas moins qu’une éventuelle augmentation des coûts reste une forte probabilité. Aujourd’hui, la Senelec a un manque à gagner de 70 milliards de F CFA, d’après la Commission de régulation du secteur de l’électricité (Crse). Une situation que la Crse justifie par l’instabilité du prix du baril au niveau mondial. « Nous faisons de la régulation tarifaire. Autrement dit, nous fixons un revenu maximum autorisé à la Senelec. Ce revenu est pour une période de 3 ans (la dernière en 2016 : Ndr). Chaque année, nous fixons ce revenu. Mais, puisqu’il y a des facteurs exogènes que la Senelec ne maitrise pas notamment l’inflation de la demande et le prix du combustible, qui représente 80% de ses charges, nous sommes obligés de faire des indexations. Lorsque nous l’avions fait en janvier 2019, nous avions des écarts de revenus et normalement on aurait dû ajuster les tarifs de 39% à l’époque. Mais, l’Etat nous avait indiqué de maintenir les tarifs en vigueur et il se chargeait de compensé la Senelec pour environ 33 milliards de F CFA », a indiqué le président de la Crse, Ibrahima Amadou Sarr.

Selon M. Sarr, l’exercice de la Crse, effectuée le 1 avril 2019, a encore révélé des écarts de revenu d’environ 70 milliards de F CFA que l’Etat a pris en charge. Une situation qui ne peut plus continuer, renseigne, en substance, le Directeur de cabinet du ministre du Pétrole et des Energies, Abdoulaye Ndiaye qui présidait : la Journée de partage du document de la première consultation publique pour la révision des conditions tarifaires de la Senelec. « Depuis 10 ans, le Sénégal n’a connu aucune augmentation sur le tarif de l’électricité, malgré l’augmentation au niveau mondial, des intrants qui sont le prix du baril. La politique initiée par l’Etat du Sénégal est de supporter le consommateur surtout ceux qui sont les plus démunies », a déclaré M. Ndiaye qui a aussi invité les parties à faire l’effort de supporter les coûts de l’électricité. « Puisque notre pays a la chance de découvrir d’importants gisements de pétrole, dont l’exploitation est attendu avant la fin de cette période (2020 – 2022 : Ndr), nous pensons que toutes les parties doivent faire l’effort nécessaire », a insisté M. Ndiaye.

Vous pouvez réagir à cet article