image

BARA NDIAYE VOIT SA PEINE RÉDUITE DE 37 À 29 ANS

image

Un tribunal espagnol a fait baisser de 37 à 29 ans la peine de Bara Ndiaye, le Sénégalais qui avait tué sa femme, Maguette Mbengue devant leurs enfants. Cela intervient suite aux déclarations des juges qui ont estimé qu’il n’était pas clair que l’attaque avait causé de la détresse aux enfants, qui ont passé une journée avec le cadavre de leur mère.

D’après le site El pais, la Cour suprême espagnole a réduit la peine de prison de Bara Ndiaye de 37 à 29 ans après avoir accepté son appel, en faisant valoir que ses filles n’avaient pas souffert psychologiquement lorsqu’il avait tué son épouse, Maguette Mbengue, dans la maison familiale de Bilbao. Pour rappel, Bara faisait subir à sa femme des menaces, du harcèlement et des abus économiques depuis des mois. Après l’avoir poignardée plus de 80 fois, il a abandonné leurs filles, qui avaient deux et quatre ans à l’époque. Ces dernières ont passé plus de sept heures à la maison avec le corps de leur mère.

Le tribunal de grande instance a estimé qu’il n’était pas suffisamment prouvé que les enfants souffraient de détresse psychologique due à la perception des sons provenant de l’agression mortelle ou au fait d’avoir été abandonnés. Pour cette raison, il a éliminé l’un des chefs d’accusation pour lesquels Bara Ndiaye avait été condamné, mais tout en confirmant les autres.

La Cour suprême a ainsi accueilli l’appel de Bara et réduit la peine qui lui avait d’abord été infligée par un tribunal provincial puis confirmée par la Haute Cour de justice du Pays basque. Celle-ci l’avait reconnu coupable de meurtre avec circonstances aggravantes de parenté, abandon de mineurs, abus réitérés et blessures psychologiques. C’est cette dernière charge qui a été abandonnée. La Cour suprême a également noté qu’il n’a jamais été prouvé que les enfants aient subi un traitement spécifique prescrit par un médecin, seulement que les mineurs aient reçu une thérapie. « Un traitement spécifique serait l’une des exigences légales pour condamner Bara Ndiaye d’avoir causé une détresse psychologique », a soutenu le tribunal.

« La femme avait déposé une plainte contre son mari à la police municipale de Bilbao »
Bara Ndiaye et son épouse, Maguette Mbengue, vivaient à Bilbao. Dans la nuit du 24 septembre 2018, l’homme a poignardé sa femme environ 83 fois avant de lui trancher la gorge. Des mois plus tôt, en décembre 2017, la femme avait déposé une plainte contre son mari auprès de la police municipale de Bilbao et demandé une ordonnance de protection devant le tribunal, qui a été rejetée le lendemain. Quelques jours plus tard, le tribunal a également acquitté Bara Ndiaye du crime de menaces continues contre sa famille, mais a retiré la garde des enfants et a été sommé de ne pas s’approcher à moins de 500 mètres du domicile familial. Après le crime, les deux enfants ont présenté des problèmes psychologiques, émotionnels, cognitifs et comportementaux, et l’un d’eux a développé un mutisme. Lorsque la peine a été prononcée en décembre 2021, trois ans après le meurtre, les deux filles étaient toujours en thérapie.

Fodé B. CAMARA

5 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article