BASSIROU SAMBA NIASSE EXHORTE LES ENTREPRISES À SE FORMALISER

news-details
JOURNÉE DE L’EXPERT COMPTABLE

Bassirou Samba Niasse, Directeur des Impôts et Domaines, a présidé la cérémonie d’ouverture des Journées de l’Expert-comptable qui se tient les 23 et 24 janvier 2020. À l’initiative de l’Ordre national des Experts comptables agréés du Sénégal (Onecca), ces journées portes ouvertes se tiennent sous le thème « L’Expert-comptable, acteur privilégié de la formalisation des entreprises. »

Le secteur informel capte une bonne partie de l’économie nationale. Selon les derniers chiffres de l’Ansd (Agence nationale de la statistique et de la démographie), le secteur informel compte 42,6% du Pib (Produit intérieur brut). Soit 5962 milliards F CFA du Pib qui, pour l’année 2018, est évalué à 12.906 milliards F CFA. Pourtant, ce secteur ne contribue presque pas aux recettes fiscales. Ce qui constitue un réel « handicap à l’économie nationale », selon le Directeur des Impôts.

Le Directeur des Impôts a exhorté les entreprises à s’attacher les services des experts-comptables afin de mieux se formaliser pour l’élargissement de l’assiette fiscale du Sénégal. « Les experts-comptables, premiers acteurs de la formalisation des entreprises, sont incontournables mais surtout utiles. Ils accompagnent ainsi le chef d’entreprise dans toutes les opérations liées à la vie de son entreprise et dans l’application des nouvelles mesures législatives et réglementaires. De l’établissement des comptes annuels au conseil en matière de gestion, de droit des affaires, de droit fiscal, de droit social, ou encore de conseil à l’export. L’expert-comptable est le conseil permanent du chef d’entreprise », déclare-t-il.

Selon lui, « un opérateur économique qui n’enregistre pas son entreprise pour ne pas avoir à payer l’impôt verra ses perspectives commerciales hypothéquées. Il ne pourra, de crainte d’être mis à jour, faire la publicité de ses produits, créer des liens commerciaux avec les entreprises établies qui ont besoin d’une certaine formalisation dans les transactions commerciales, ou encore devenir un fournisseur du secteur public, et elle aura, entre autres difficultés, du mal à obtenir un financement ».

Un avis que partage le président de l’Unacois-Jappo, Idy Thiam. Ce dernier a exhorté ses camarades commerçants à se formaliser. « N’ayez pas peur. Ne cachez pas vos revenus. Vous devez payer vos impôts. Aux Etats-Unis, le refus de payer l’impôt est un crime fédéral. Toutefois, l’impôt doit être soutenu », soutient-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article